EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Société - Novembre 2007

Peur des mots, n° 3 :

Lobby noir et statistiques ethniques

Les Noirs ne sont pas racistes !

Le 5 octobre 2007, à l'INA, s'est tenu un colloque sur la question des statistiques ethniques, à l'initiative du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires [1]). La première anomalie qu'on remarque immédiatement est qu'il y a pas mal de Blancs au CRAN. Contrairement au nouveau lieu commun, le « racisme anti-Blanc » ne règne donc pas chez les indigènes. Car la question peut se poser : c'est quand même un peu bizarre de s'intituler Conseil Représentatif des Associations Noires et d'avoir autant de Blancs dans ses instances et son « Conseil scientifique ». Je ne suis pas sûr que les associations féminines comportent autant d'hommes, les associations juives autant de chrétiens et de musulmans ; les associations catholiques autant de protestants, de juifs, et d'athées ; les associations gays autant d'hétéros, etc.

C'est ce genre d'analyse qu'on peut faire quand on se livre à la statistique ethnique, religieuse, culturelle. Et on voit qu'on obtient immédiatement quelques résultats non triviaux. On peut effectivement y voir un certain danger. Celui de remarquer qu'on exige des Noirs ce qu'on n'exige pas des femmes, des juifs, des gays, des chrétiens, des musulmans, des athées... Ce soupçon de racisme anti-Blancs est donc une exigence discriminatoire. On n'est pas aux États-Unis. En France, le racisme est un délit.

En fait, la polémique à la création du CRAN était d'emblée : est-ce que les Noirs ont le droit de se réunir sans être considérés comme racistes, comme le serait une « association des Blancs » ? Évidemment, la véritable question est celle des minorités. Cette question a d'ailleurs été envisagée par l'Assemblée nationale à l'occasion de la loi qui visait à la défense des majorités contre les minorités (voir « L'Assemblée nationale contre le rap »). Laissons aux historiens la mission d'établir les parallèles qui s'imposent avec la période 1920-1945.

Cette question des statistiques permet de répondre à une question importante : s'agit-il d'un problème académique, purement statistique, ou d'un problème social. L'ambiguïté repose sur le fait que les chercheurs ont d'autres objectifs que les populations noires concernées par le racisme. Le problème des chercheurs n'est pas la connaissance mais la publication (quand ce n'est pas leur seule carrière). Le rythme de publication est indépendant des effets pratiques [2]. C'est la limite de la stratégie du CRAN avec son « conseil scientifique », qui ne vise que la légitimité. On ne parle pas tant d'un « conseil scientifique du CRIF » qui ne semble pas avoir besoin d'une telle légitimation.

Est-ce qu'un lobby noir est légitime ? Le rapport avec la statistique ethnique est immédiat : il s'agit évidemment pour les Noirs de compter leur force. La raison évidente et commune en est que l'union fait la force. C'est la fonction des lobbies. Et la réponse sur sa légitimité est la même que pour le « lobby juif » (voir ce mois-ci). Il existe un droit d'association, même pour les juifs et les Noirs.

L'objectif d'une association de Noirs n'est pas « communautariste ». L'objectif est d'être traité également. Cela peut faire double emploi avec une association antiraciste. Le problème est plutôt que les associations existantes sont divisées (l'une défend les juifs, l'autre les Arabes), ou plus généralement qu'elles ne sont plus satisfaisantes. C'est aussi un phénomène normal que des associations nouvelles se créent pour pallier les insuffisances des précédentes.

Le schéma anti-lobby, prétendument républicain, correspond effectivement à la loi Le Chapelier pendant la Révolution française. Visant à interdire les corporations, elle a surtout servi à interdire les syndicats. Cette conception républicaniste a été dépassée dès la fin du XIXe siècle [3]. La loi sur les associations de 1901 a formalisé leur statut. Il existe des associations chrétiennes (catholiques, protestantes, orthodoxes), juives, musulmanes, etc. Mais il existe aussi des associations culturelles ou ethniques : musulmanes, juives, corses, basques, arméniennes, bretonnes, antillaises, marocaines, algériennes, tunisiennes, etc. Leur fonction de lobby est indéniable. Et il existe aussi des associations blanches dont le racisme les fait régulièrement interdire avant de réapparaître sous un autre nom. Une association noire dont le but principal est la lutte contre les discriminations est donc légitime. Refuser aux Noirs le droit d'association est du racisme. En France, le racisme est un délit (bis).

Le thermomètre ethnique est cassé

On comprend très bien la prévention à l'égard des statistiques ethniques. Mesurer une variable, dite explicative en sociologie, signifie bien que le caractère ethnique pourrait permettre d'expliquer causalement certains phénomènes. Avec éventuellement des conséquences négatives pour les minorités en question. La première erreur consiste à oublier que la mesure permet de montrer aussi que ce caractère ethnique n'explique pas le phénomène observé. Refuser la mesure consiste précisément à postuler a priori qu'il l'explique. S'il existe un soupçon, c'est donc plutôt celui de penser qu'on considère que la variable ethnique explique bien certains phénomènes négatifs, mais qu'il ne faut pas le dire. Certains antiracistes sont bien bons de ne pas montrer qu'ils ont (quand même) des préjugés racistes.

La deuxième erreur est bien évidemment que le caractère ethnique est déjàconsidéré comme explicatif de certains phénomènes négatifs. Les statistiques ethniques existent déjà et circulent ouvertement. Certaines proviennent des États-Unis. Le mois dernier, le prix Nobel James Watson, a récidivé, dans le Sunday Times du 14 octobre 2007, à propos de l'intelligence des Noirs (voir « Les fantasmes génétiques de James Watson »). On connaît également les statistiques de criminalité des Noirs aux USA, mais également des étrangers en prison en France. Des statistiques ethniques circulent pour les familles nombreuses immigrées, les allocations familiales et prestations sociales, le vote, la délinquance, les résultats scolaires. Ne pas vouloir l'admettre et les pratiquer officiellement relève de l'hypocrisie.

La troisième erreur, plus fondamentale, est que, quand on ne connaît pas les chiffres, on raisonne précisément en termes essentialistes que les statistiques ont précisément pour rôle de pondérer (relativiser, quantifier) [4]. Il n'y a pas d'alternative méthodologique sur ce point. En outre, on se prive ainsi d'un élément de comparaison internationale qui permettrait de distinguer les mérites comparés de l'intégration des minorités dans les différents pays par rapport à la France. Ce qui permettrait de vérifier si le modèle français est efficace. La nécessité de cette comparaison empirique est nécessaire dans les sciences sociales parce qu'on ne peut pas faire d'expérimentations de laboratoire sur les êtres humains. On est donc obligé de considérer les pratiques réelles comme des expérimentations de fait. C'est la caractéristique des sciences historiques. C'est également de cas de l'astronomie en sciences de la nature.

Une autre erreur, classique sur ces questions, se produit automatiquement quand on oublie le comparatisme minimal, ou qu'on s'y oppose. Considérer comme dangereux et raciste l'existence d'une variable ethnique explicative exige qu'on justifie pourquoi on ne considère pas que la variable « sexe » est sexiste.Apparemment, on ne déduit pas du fait que les femmes sont moins payées (en moyenne – voir « Journée de la femme mystifiée »), ou moins bien placées dans la hiérarchie sociale, l'idée qu'elles sont moins intelligentes, moins compétentes ou plus paresseuses, en faisant confiance à la méritocratie républicaine. Ou alors, il faudrait que ceux qui le pensent le disent.

L'interdiction des statistiques ethniques n'est qu'une erreur classique du type « astuce verbale ». Le véritable problème pour les statisticiens est simplement de trouver un autre moyen de les mesurer sans employer le mot « ethnie », c'est-à-dire « race ». Les statisticiens partisans de l'interdiction se vantent d'ailleurs de ce subterfuge méthodologique inepte. Ils disent qu'on peut très bien mesurer l'« origine ». C'est-à-dire qu'on peut déduire la « race » par l'« origine départementale ». Un Antillais blanc (béké ou ancien métropolitain) est-il donc considéré comme un Antillais noir ? Ou est-ce que l'enquêteur corrige avec un « code » maison (comme ceux qui sélectionnent à l'embauche ou à la location) ?

Et comment distingue-t-on un immigré blanc ou noir des État-Unis ? Lui demande-t-on s'il est « caucasien » ou « africain-américain » ? Tout ceci est une plaisanterie qui revient à remplacer Nègre par Noir, et Noir par « de couleur ».

Au besoin donc, « on demande l'origine des parents ». Un Blanc d'origine libanaise ou maghrébine (peu typé) est-il considéré comme étranger, donc « non-blanc », alors qu'un Antillais installé en France depuis deux générations serait considéré comme « blanc » ? D'ailleurs, ce phénomène deviendra de plus en plus difficile à mesurer. Vu les dates connues d'installation, il faudra bientôt demander les quatre grands-parents au lieu des deux parents, dans vingt ans, les huit arrières-grands-parents.

Les statisticiens actuels ajoutent à l'hypocrisie et à la complication méthodologique (il faut bien justifier de sa « scientificité » [5]) en parlant « d'origine géographique des parents ». Cela revient à définir l'individu par son origine familiale. Ne parlons donc pas du cas des orphelins étrangers adoptés (ou de leurs enfants !). L'essence du racisme est d'ailleurs cette sorte de tribalisme clanique qui n'est pas vraiment extrinsèque au système républicain, jouant sur les mots « nation » – « nationalisme ». Cette stratégie ethnico-nationale est purement et simplement une régression maurrassienne. Alors que la démocratie a pour fondement le seul individu et le droit.

Une autre erreur est la crainte de la discrimination positive qui imposerait des quotas. J'ai déjà traité de cette question dans un autre article (« Racisme, Antisémitisme, Stéréotypes (R.A.S.) »). J'y inversais le problème en soulignant qu'on peut en considérer les conséquences sous un autre angle :

Quand vous êtes antiraciste et blanc et que vous voulez louer un appartement, obtenir un emploi, d'un raciste , vous profitez donc éventuellement d'une discrimination positive en votre faveur, sans le savoir . Comme la proportion de discrimination dans ces secteurs doit varier entre 50% et 90%, on peut considérer que certains mérites personnels devaient être réévalués à la baisse. Poussons un peu plus loin : comme les compétences ne sont pas distribuées racialement (toujours selon les antiracistes), on peut donc en conclure que la compétitivité des entreprises ou de l'université française est handicapée par cette sélection de blancs médiocres (et qui en plus se croient meilleurs) , qu'ils soient racistes ou antiracistes. Ce qui pourrait expliquer bien des phénomènes économiques récents de perte de compétitivité nationale ! Signalons en outre que traditionnellement, en France, l'école n'optimisant pas les compétences communautaires sur le plan professionnel, l'immigration pourrait être mieux employée dans le commerce international. C'est bien un domaine où les immigrés pourraient être avantagés, et favoriser la France par rapport aux pays qui ont moins d'immigrés. Ceux qui sont responsables de cette situation peuvent être considérés comme objectivement nuisibles à l'intérêt national. Depuis longtemps.

Il existe également des quotas de femmes en politique, qui ne semblent pas faire soupçonner qu'on promeut des incapables au détriment des hommes (peut-être est-ce dû au niveau des hommes politiques ?). Il existe également des quotas de handicapés, qui font bien l'objet de statistiques eux aussi. Pourtant, la Halde s'oppose aux statistiques ethniques. Alors qu'elle s'empresse de mentionner ces autres discriminations dès qu'il est question de celles contre les Noirs. Cette institution semble avoir des difficultés méthodologiques à traiter un seul problème à la fois.

Cette idéologie antistatistique est caractéristique de l'ignorance d'une « méthode » pourtant propre à la tradition philosophique française (à croire que les racistes sont étrangers). La France n'est pas encore cartésienne. Elle ne l'a jamais été vraiment sur la question de la quantification (Quatrième règle de la méthode : « de faire partout des dénombrements si entiers et des revues si générales, que je fusse assuré de ne rien omettre », voir Le discours de la méthode). Le simple fait que la légitimité de la question des statistiques ethniques se pose le démontre. Même certains sociologues ou démographes (comme Hervé Le Bras) s'y opposent. Alors qu'à l'évidence, la question du racisme suppose qu'on mesure des données qui concernent ce caractère ethnique, à moins que le cartésianisme ne se réduise ici à l'introspection. J'ai bien peur, en effet, que ce soit tout ce que la tradition fraçaise a retenu de Descartes

Une dernière erreur est le catastrophisme ou le pessimisme politique (crier au loup) qui ne sait pas voir le mouvement de l'histoire. Il ne faut pas craindre de voir la réalité en face. Si les discriminations persistent, j'ai plutôt tendance à penser qu'elles ont tendance à s'atténuer (en proportion), précisément parce que la question est posée ouvertement. C'est en général quand la situation s'améliore que les persistances d'une situation antérieure deviennent insupportables. Il faut précisément des statistiques pour le montrer et encourager les changements en cours (comme se peser permet de contrôler la baisse de poids au cours d'un régime), et permettre de tourner la page. Cela permettrait également de mesurer les bonnes pratiques et de distinguer ceux qui les soutiennent et ceux qui les combattent.

Les statistiques ethniques font partie de ces bonnes pratiques, et ceux qui les combattent sont au mieux dans l'erreur.

Jacques Bolo

Bibliographie

Pierre-Yves CUSSET, Sophie BOISSARD, Gwénaële CALVES, René PADIEU, Collectif, Statistiques "ethniques" : éléments de cadrage

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. Le CRAN, lors de sa création, avait revendiqué le mot « Noir ». En France, le mot « lobby » n'est pas encore considéré comme très légitime. Il est perçu comme une sorte de complot occulte et intéressé. [Retour]

2. Les aléas de la publication peuvent être complètement déconnectés de la recherche. Signalons que le livre de Klemperer, LTI, La langue du IIIe Reich, écrit à partir de 1933 (et jusqu'à la fin de la guerre), ne sera publié en Allemagne qu'en 1995. Ne parlons même pas de son influence sur l'histoire. [Retour]

3. La Loi Le Chapelier, promulguée en France le 17 juin 1791, est une loi proscrivant les coalitions notamment les corporations, mais également les rassemblements paysans et ouvriers ainsi que le compagnonnage. [...] La Loi Le Chapelier a été abrogée en deux temps le 25 mai 1864 par la loi Ollivier, qui abolit le délit de coalition, et le 21 mars 1884 par la loi Waldeck-Rousseau, qui légalise les syndicats (Source Wikipedia). [Retour]

4. On remarque de temps en temps un débat à propos de l'apparition d'un Noir à un poste occupé traditionnellement par des Blancs, comme le remplacement (pendant l'été) de Patrick Poivre-d'Arvor par Harry Roselmack pour présenter le journal télévisé TF1. Cela signifie bien qu'on a donc le droit de compter jusqu'à 1. Méthodologiquement, cela correspond à un raisonnement en terme de tout ou rien, en terme binaire (oui/non ou 0/1). Ce qui est sans doute un fort indice d'essentialisme (« être ou ne pas être »). [Retour]

5. On confond aujourd'hui « complexité » et « complication ». Mais il faut être juste, c'est toujours le cas pour les cuistres. [Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts