EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Conneries - Novembre 2007

Peur des mots : « Lobby juif »

Lobbying

A la veille de la visite de Nicolas Sarkozy en Algérie, le ministre algérien des anciens combattants, Mohamed Chérif Abbès, a évoqué les liens de Nicolas Sarkozy avec un « lobby juif ». Évidemment, cela a provoqué un tollé en France et embarrassé le pouvoir algérien, en désamorçant la crise annoncée du rappel de la question de la colonisation et des massacres de Sétif. Disons que ça a au moins servi à quelque chose pour une fois. Encore qu'on puisse penser que ce genre de scandale a toujours une fonction de ce genre. Les extrémismes étant toujours utilisés pour discréditer l'adversaire. Mais cela ne sert à rien de jouer à se faire peur ! Tout le monde sait bien que les hommes politiques sont partout les mêmes. Et l'Algérie n'étant plus un département français, cette déclaration était surtout à usage interne (pour réaffirmer cette indépendance, toujours problématique), car l'influence d'un ministre des anciens combattants n'est pas très importante à l'étranger.

Mais la question du « lobby juif » est récurrente. En France, elle est considérée comme une preuve d'antisémitisme, sans doute par assimilation à l'évocation d'un « complot juif », ou au fameux classique de la littérature antisémite : Le protocole des sages de Sion (faux tsariste sur un prétendu complot juif, voir Wikipédia). Mais un lobby n'est pas un complot (qui fait d'ailleurs originellement référence à un cadre politique dictatorial où le pouvoir opprime la majorité en détournant, précisément, l'attention sur des minorités ou des meneurs).

Dans le cas du ministre algérien, il ne fait aucun doute qu'il vise un lobby pro-israélien. Faire semblant de croire que cela correspond à l'antisémitisme chrétien de l'époque de l'affaire Dreyfus ou à l'antisémitisme nazi est simplement de la mauvaise foi. Mais une mauvaise foi d'un nouveau genre, puisqu'elle ne trompe évidemment personne (sauf peut-être certains imbéciles ignorants de l'histoire – mais en France, c'est quand même difficile), bien que presque tout le monde joue à ce jeu auquel personne ne croit.

Dans le meilleur des cas, on se dit sans doute qu'il vaut mieux en faire trop que pas assez. Mais, outre le fait qu'il ne faut pas trop crier au loup, la plupart s'écrasent de peur de se voir accuser de complicité. Alors toute la presse fait chorus et joue les fausses vierges effarouchées. Il n'y a pas des conneries que sur Internet : la presse a une longue tradition en la matière. Le problème est plutôt une question de compétence. Mais il est vrai que la question est difficile. Et bien peu maîtrisent ce sujet glissant. La démocratie a cet inconvénient que les citoyens ont le droit à la parole, qu'ils veulent bien faire, mais que la plupart feraient mieux de la fermer plutôt que dire n'importe quoi [1].

En France, le lobby pro-israélien a pris le pas sur le lobby pro-arabe, qui constituait ce qu'on appelait naguère la « politique arabe de la France » [2]. Dans ce cas, par contre, il est possible que les plus jeunes ne soient pas au courant. Même si les Français ont toujours été engagés auprès d'Israël, au moins du fait de la nombreuse communauté juive de France, des liens issus de la colonisation au Maghreb, mais aussi au Liban, en Irak, en Égypte, sur le plan politique et culturel (archéologiques en particulier) unissaient la France aux pays arabes. La France en retirait un intérêt économique. Et il était souvent difficile de ménager la chèvre et le chou. La balance tend à pencher du côté israélien aujourd'hui.

Il ne fait aucun doute qu'un sous-entendu antisémite peut exister dans l'expression « lobby juif ». Mais le fait d'éviter le sujet ne va pas améliorer la compétence pour parler de ces questions. Mais ce n'est pas la vraie question. En France, tout spécialement à gauche, cette expression subit surtout la condamnation du terme « lobby ». Et c'est précisément là que le bât blesse. D'autant qu'à gauche, on peut souvent parler d'un « lobby juif américain » sans que cela pose trop de problèmes. Faudrait-il donc croire le couplet sur l'anti-américanisme (voir « De l'anti-américanisme français ») ou sur l'antisémitisme des Français ?

J'ai déjà montré en ce qui concerne la gauche, que la présence de nombreux juifs dans les instances dirigeantes du PS, au moment même où cette légende antisémite française sévissait outre-Atlantique, ridiculise le propos [3]. Seule l'obsession anti-quantitative (voir « Lobby noir ») et anti-communautariste permet ce déni imbécile de la réalité pourtant observable matériellement (et connue de tous). Au moins sur ce plan des juifs au PS, on devrait être obligé d'accepter la distinction entre antisionisme et antisémitisme. On peut dire que la politique de la gauche est antisioniste (ce qui est faux), mais on ne peut pas dire qu'elle est antisémite, ni indulgente à cet égard. À moins de soutenir explicitement que Fabius, DSK, etc., sont antisémites (comme on l'a dit de Morin, voir « Edgar Morin n'est pas antisémite »), ou des sortes d'oncle Tom. Que ce soit la droite qui le dise (ou le laisse dire) est franchement risible et contraire à l'intérêt national (sauf s'il s'agit de décrocher un marché dans les pays arabes). Que la gauche le laisse dire est incompréhensible et montre son indigence intellectuelle.

En ce qui concerne les Américains, en tout cas, le terme lobby n'a pas cette connotation négative. Et tout le monde sait qu'il existe toutes sortes de lobbies aux USA. Celui qui prétendrait qu'il n'existe pas de lobby juif en Amérique se discréditerait définitivement en terme de sciences politiques. Faut-il donc penser qu'il ne peut pas, ni ne doit pas, exister de lobby juif en France.

Communauté et association

Le tabou contre l'expression « lobby juif », par crainte de l'accusation d'antisémitisme, relève essentiellement de la condamnation traditionnelle contre les groupes de pression organisés. En France, la politique semble conçue comme légitime seulement quand elle est exercée par la représentation parlementaire. Sans doute est-ce une conséquence, d'une part, de la référence fondatrice de la Loi Le Chapelier, sous la Révolution française, qui interdisait les corporations, et d'autre part, de l'interdiction des congrégations religieuses (de 1880 à 1905) dans le cadre de la séparation de l'Église et de l'État. La conséquence concrète se manifeste de nos jours par le refus du communautarisme (considéré d'ailleurs comme américain, ou anglo-saxon en général).

Mais, évidemment, cette conception confuse, mélangeant les époques, ne correspond absolument plus à rien. L'événement fondateur devrait être plutôt le principe de l'abolition de la loi Le Chapelier, sous Napoléon III, qui légalise donc le droit d'association. La gauche devrait être au courant, puisque c'est ce qui autorise les syndicats [4]. Et plus généralement cette liberté d'association, politique en particulier, est constitutive de la démocratie. Mais il est vrai que le républicanisme ambiant semble considérer la démocratie comme antisémite, selon la conception de Sorel (avant qu'il le devienne lui-même).

Les juifs, les chrétiens, les musulmans, les francs-maçons, les femmes, les gays, les Noirs, les syndicats, les partis, etc., ont le droit de s'associer pour défendre leurs intérêts ou leurs convictions. La politique n'est pas réservée aux seuls députés. D'ailleurs, la gauche devrait reconnaître aussi que sa pratique n'est pas confinée dans le seul parlement. Elle le reconnaît quand ça l'arrange.

Le pétainisme latent ou explicite correspond concrètement à la négation de cette pratique pluraliste d'admettre des corps intermédiaires. Il s'agit d'une incapacité à assimiler la réalitédémocratique. Le pétainisme/fascisme correspond à ce système qui régresse à la représentation politique d'un lien féodal entre le citoyen et le chef, direct ou par l'intermédiaire d'une hiérarchie pyramidale. Le modèle militaire qui a présidé aux débuts de la république conduisit au nationalisme. Le communisme lui-même minorait les luttes spécifiques (femmes, antiracisme, antisémitisme, etc.) appelées contradictions secondaires qui devaient être résolues par le traitement des contradictions principales (la lutte des classes).

Dans le domaine religieux aussi le pluralisme correspond à la réalité. Le principe maurrassien d'homogénéité raciale ou religieuse, sur le principe « cujus regio, ejus religio » (imposant la religion du prince) peut, à tout moment, aboutir logiquement au génocide. Pour l'antisémitisme, cette question avait été posée précocement par Bernard Lazare (un des premiers défenseurs de Dreyfus). Son texte (voir Contre l'antisémitisme) fait précisément référence à la Saint-Barthélémy, anticipant la Shoah, dans le débat qui l'opposait à Drumont.

Figures de l'analogie conspirationniste

Le problème est que, paradoxalement, ce refus du communautarisme ou du lobbying peut même avoir des conséquences entretenant l'antisémitisme. Ainsi, l'antisémitisme traditionnel peut être considéré comme latent et constant, sous la forme de l'obsession journalistique annuelle (dite «  marronnier ») qui fait ses gros titres sur les francs-maçons. Chacun sait que le pétainisme visait autant les juifs que les francs-maçons. Dire annuellement que les francs-maçons sont partout, qu'ils tirent les ficelles dans l'ombre, qu'ils constituent une société secrète, peut être une façon détournée de dire la même chose des juifs. Si on parle de connotation antisémite à propos du « lobby juif », on peut envisager aussi une telle connotation déguisée dans le cas des francs-maçons.

Les intellectuels sont très attentifs aux symboles, mais la plupart du temps, ils sont incapables de décoder ceux qui ne sont pas les symboles officiels, académiques : les clichés quoi ! Alors que ceux qui ne sont pas des intellectuels peuvent reproduire ici le schéma pétainiste qui met les juifs & les francs-maçons dans le même sac. Et apparemment, ce marronnier plus qu'ambigu n'inquiète pas les journalistes de news-magazines pourtant si sourcilleux et qui en font leurs choux gras sans se poser de questions.

Il n'est pourtant pas question de penser que les intentions de la plupart des journalistes sont antisémites sous la « figure » des francs-maçons. Si on utilisait leur mode de raisonnement, on pourrait leur attribuer des intentions qu'ils ne se gênent pas pour attribuer aux autres. Ce que le sociologue Paul Lazarsfeld appelait une « critique généreuse » incline à l'indulgence. Mais la récurrence de cette thématique dans les médias, peut indiquer une forme de symptôme compulsif signalant un problème.

Sur ce point spécifique, si la franc-maçonnerie développe la pratique essentiellement culturelle qu'elle revendique, il n'y a pas de raison de maintenir une tradition ésotérique qui entretien la suspicion et la persistance implicite de la notion de complot. Des cas concrets de malversations favorisées par le secret renforcent évidemment le fantasme. Ce sont évidemment des dérives de ce genre qu'on s'entend à voir révélées dans les marronniers journalistiques. La solution est évidente. Toutes les associations ou les lobbies doivent agir au grand jour et se revendiquer comme tels.

Multi-lobbying

Admettons donc généreusement que les pétainistes honnêtes partagent cette critique pourtant républicaniste (sachant que le pétainisme méprisait la République). Ils doivent admettre cette solution et sortir de leur schéma fasciste, partagé par les jacobins archaïsants. D'ailleurs, selon le principe coluchien « blanc, normal », incitant au décentrement relativiste minimal, il faut bien admettre que ceux qui prétendent refuser les lobbies appartiennent simplement au « lobby catho », au « lobby facho », au « lobby coco », au « lobby jacobin ». Leur principe erroné est simplement de se fonder implicitement sur le parti unique.

L'alternative est bien l'existence démocratique de contre-pouvoirs, du pluralisme, de la liberté d'association. Il résulte du droit d'association un éclatement de fait des strictes oppositions de classes sur le seul critère économique. Les femmes, les Noirs, les gays, les juifs, peuvent être riches ou pauvres, de droite ou de gauche. Dans le cas des juifs, ce qui peut les unir est la défense d'Israël, encore qu'il existe des juifs pro-palestiniens. Mais il existe bel et bien des juifs de droite et des juifs de gauche. Il existe un lobby juif de droite et un lobby juif de gauche. Et contrairement à ce qui se dit en France, il semble bien d'ailleurs que le lobby juif de gauche soit le plus important aux États-unis.

Ce point est d'autant plus intéressant qu'il s'est manifesté au cours d'une affaire récente ou le terme « lobby juif » a été prononcé par Raymond Barre, peu avant sa mort, ce qui lui a valu la stigmatisation habituelle. Comme je le disais alors (voir Mistigrisation) : « [Barre] vise les juifs de gauche, qui auraient essayé de circonvenir les juifs de droite dans une période préélectorale. » Les juifs sont donc comme tout le monde (pour ceux qui en doutaient), et leur lobbying consiste comme les autres à essayer en premier lieu à réunir leurs troupes et à diviser celles de l'adversaire (ici, d'autres juifs).

Une conséquence pour ce cas précis pourrait être d'ailleurs une instrumentalisation d'Israëlpour défendre des intérêts politiques (de droite ou de gauche), au détriment même des intérêts israéliens invoqués en jetant de l'huile sur le feu. Car le but d'Israël devrait être d'abord de parvenir à vivre en paix avec ses voisins. C'est un phénomène fréquent que ceux qui ne sont pas sur le terrain soient plus extrémistes, au mieux par mauvaise conscience (mais on peut envisager d'autres intentions).

La politique consiste souvent à faire de nécessité vertu : « Quand ces événements nous dépassent feignons d'en être les organisateurs ». Il ne peut pas ne pas y avoir de lobby. Il existe des intérêts différents. Le principe démocratique est simplement d'agir au grand jour et de mettre les cartes sur table. Seul le secret tend à transformer le lobby en complot. Ce qu'il nous faut, c'est beaucoup de lobbies qui se contrebalancent et qui se tolèrent mutuellement, sur le modèle classique du pluralisme religieux (Voltaire) et politique (Montesquieu, Tocqueville).

Certains de ceux qui « ne veulent pas entendre parler » de lobby juif, de lobby noir, de lobby arabe, de lobby féministe, de lobby gay, etc., ne veulent pas, en fait, entendre parler de droit à la différence. D'autres, plus tolérants en principe (y compris quand ils font eux-mêmes partie d'une minorité), ne savent tout simplement pas gérer cette nouvelle situation où l'homogénéité culturelle ancienne n'est plus la règle. Ils savent s'opposer à l'idéologie dominante, mais en sont orphelins quand elle s'estompe. Aujourd'hui, ils vont devoir choisir leur camp. Car la mondialisation ne leur laisse plus la possibilité de se croire toujours dans un monde qu'ils croyaient homogène simplement parce qu'il était constitué d'environnements clos.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. On peut m'adresser ce même compliment. Mon propos étant ici surtout d'ordre méthodologique, cela le valide donc. [Retour]

2. Ce qui n'a jamais voulu dire que les Arabes (pauvres) vivant en France étaient mieux traités, aux époques de De Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing, Mitterrand, Chirac. Il faut sans doute en déduire que le statut de l'indigénat n'avait été considéré comme aboli que pour les juifs (par le décret Crémieux de 1870). Rappelons pour mémoire que le décret Crémieux avait été abrogé temporairement sous Pétain. Quand on parle d'antisémitisme, il ne faut pas oublier de quoi il s'agit. [Retour]

3. cf. « Edgar Morin n'est pas antisémite ! » : « Pour le cas de la complaisance de la gauche envers l'antisémitisme, d'une part, on sait que Jospin avait été agressé au cours d'une visite chez les palestiniens pour avoir condamné le terrorisme (ce qui lui a peut-être coûté l'élection présidentielle). Et d'autre part, tout le monde sait (sans le dire donc) que le parti socialiste possède de nombreux membres de la communauté juive dans ses instances dirigeantes, dont certains candidats à la candidature présidentielle (successeurs de Blum sur ce plan). Et il ne s'agit pas de candidats pour s'attirer les votes d'un présumé lobby juif comme on le pense généralement à propos des USA, mais d'un candidat naturel qu'on juge sur ses idées (de gauche ou sociales-libérales...), et non sur sa communauté d'origine. Ne pas le noter relève de la falsification, du biais antisociologique que je signale, ou de l'ignorance (aux USA ou en Israël). » [Retour]

4. La Loi Le Chapelier, promulguée en France le 17 juin 1791, est une loi proscrivant les coalitions notamment les corporations, mais également les rassemblements paysans et ouvriers ainsi que le compagnonnage. [...] La Loi Le Chapelier a été abrogée en deux temps le 25 mai 1864 par la loi Ollivier, qui abolit le délit de coalition, et le 21 mars 1884 par la loi Waldeck-Rousseau, qui légalise les syndicats (Source Wikipedia). [Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts