EXERGUE
Depuis 2005
Culture - Avril 2024

Chère petite (2023)

Résumé

Excellente mini-série allemande, même si on est trop incité à envisager un glissement qui n'a pas lieu d'être vers le fantastique.

Chère petite (2023), Titre original : Liebes Kind, mini-série allemande en six épisodes d'Isabel Kleefeld, Julian Pörksen, d'après le roman de Romy Hausmann, Scénario : Isabel Kleefeld, Julian Pörksen, Avec : Kim Riedle, Naila Schuberth, Sammy Schrein, Hans Löw, Haley Louise Jones, Justus von Dohnányi, Julika Jenkins, Birge Schade, Christian Beermann, Seraphina Maria Schweiger, Özgür Karadeniz, Jeanne Goursaud, Sotiria Loucopoulos, Florian Claudius Steffens, Michael Che Koch, Paul Dächert, Barbara Schmidt, Nagmeh Alaei, Max Woelky, Denis Schmidt, Günfer Cölgecen, Alexander Koll, Kaspar Schellingerhout

Excellente mini-série allemande, même si le côté qui tire vers l'horreur est peut-être un peu appuyé. On est trop incité à envisager un glissement qui n'a pas lieu d'être vers le fantastique.

L'enquête concerne une étrange affaire d'une femme, percutée par une voiture et dans le coma, après s'être évadée d'une séquestration avec sa fille. Un policier prévient la famille d'une jeune femme disparue treize ans plus tôt qui porte le même nom. La policière chargée de l'enquête essaie de reconstituer ce qui est arrivé en attendant que la femme blessée sorte du coma, malgré les interférences de la famille de la femme disparue.

Le principal intérêt de la série est une très bonne étude psychologique des personnages sous emprise, la femme et deux enfants, captifs dans un endroit isolé, dans leur soumission à un psychopathe dirigiste.

La progression de l'intrigue est pleine de rebondissements parfois inattendus, mais qui restent de l'ordre du rationnel, quoiqu'on n'en soupçonne pas forcément l'origine. Les acteurs sont très convaincants.

Ce n'était pas forcément la peine d'en rajouter sur la psychologie des policiers (sans exagération quand même). C'est un peu trop la tendance actuelle des scénaristes de mélanger la vie personnelle des enquêteurs avec celle des enquêtés. Ici surtout, l'enquête est suffisamment passionnante pour se suffire à elle-même. Il m'a semblé d'ailleurs que les interrogatoires des victimes et des témoins auraient pu être un peu plus poussés. Mais la qualité de la progression des péripéties vers un dénouement implacable est exemplaire.

Jacques Bolo

courrier Merci de signaler à l'auteur toute erreur que vous trouveriez sur cette page
courrier Recommander cette page à un ami
Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Publicités Amazon
Haussmann, Chère petite
Bolo, Nathalie Heinich et le militantisme woke
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts