EXERGUE
Depuis 2005
Culture / Corée - Décembre 2023

Once Upon a Small Town (série coréenne, 2022)

Résumé

Pour une fois, une vraie romance (campagnarde) coréenne sans digressions narratives.

Once Upon a Small Town, Titre Original : (어쩌다 전원일기, Eojjeoda Jeon-won-ilgi - Accidental Country Diary), 12 épisodes, Scénario : BAEK Eun-kyeong, d'après PARK Ha-min, Réalisateur : KWON Seok-jang, Production : Kakao Entertainment, Musique : MOON Seong-nam, Avec : PARK Soo-young, CHOO Young-woo, BAEK Seong-cheol, NA Chul, PARK Ye-ni, HA Yul-ri, LEE Dong-chan, JUNG Suk-yong, BAEK Ji-won, PARK Ji-ah, YOO Yeon, ROH Jae-won, KIM Young-sun, JUNG Si-yul

J'avais été surpris que les prétendus dramas romantiques coréens, It's Okay to Not Be Okay Suspicious Partner et Enquêtes tactiles que j'ai pris le risque de voir (je me méfiais un peu des romances à l'eau de rose), comportent tous des histoires policières de tueurs en série qui marginalisent totalement l'aspect romance. Ce genre de manœuvre dilatoire des dramas envers la sexualité me paraît quand même une option un peu excessive. Le résultat était pourtant acceptable. Cette fois, Once Upon a Small Town est bien une vraie romance (campagnarde) qui ne cède pas du tout au mélange des genres quasi systématique des fictions coréennes (voir le summum avec Strong Girl Bong Soon).

L'histoire commence quand le vétérinaire de Séoul, HAN Ji-yul, doit remplacer au pied levé son grand-père dans la clinique du village où il a vécu étant enfant. Il est obligé de se réadapter au soin des gros animaux de ferme dont il n'avait pas à s'occuper à la ville. Dès son arrivée et tout au long de ses déplacements chez ses clients, il croise en permanence la jeune policière AHN Ja-young qui se mêle de tout dans le village. Elle se souvient surtout d'avoir joué avec lui quand elle était gamine et elle est vexée qu'il l'ait complètement oublié. Elle essaiera d'attirer son attention pour qu'il se souvienne d'elle pendant la majeure partie des douze épisodes.

Cet intérêt de Ja-young pour le nouveau venu perturbe rapidement BAEK Seong-cheol, que toutes les commères du village considèrent comme son fiancé, même s'ils n'ont que des rapports amicaux parce qu'ils ont grandi ensemble. La situation se compliquera aussi avec l'arrivée dans le village de l'ancienne fiancée de Ji-yul, une camarade de l'école vétérinaire, avec qui il a rompu quand elle est partie à l'étranger. Comment tout cela va-t-il tourner ?

Bref, les péripéties sur toute la série restent dans des rebondissements réalistes de la vie de la campagne et des relations personnelles. J'avoue que j'ai craint plusieurs fois, au moindre incident, que l'histoire dégénère en catastrophe gore. Je n'ai pas été déçu de ne pas être déçu. L'histoire se tient. Si on excepte la pudibonderie de rigueur et la tentation confucéenne moralisante qui reste heureusement bien en deçà des limites, la romance est cohérente et agréable comme tranche de vie. Les flashbacks, dont les séries coréennes abusent et qui auraient été possibles en référence à l'enfance des deux personnages, sont réduits au minimum. Sans doute une plus courte durée des épisodes permet-elle un meilleur rythme et évite-t-elle les longueurs fréquentes dans d'autres séries d'une heure. Les autres réalisateurs pourraient s'inspirer de ce tempo, même s'il persiste quelques ralentis inutiles.

L'actrice PARK Soo-young qui joue Ja-young réussit une belle composition. Il faut dire qu'elle est effectivement très présente, comme le veut le rôle, qui repose sur le besoin de chercher à faire plaisir à tout le monde par manque de légitimité statutaire dans cette communauté villageoise. L'acteur CHOO Young-woo est moins avantagé par la volonté d'absence d'engagement local de son personnage qui veut retourner à sa clinique vétérinaire en ville. Mais les autres villageois sont bien servis par des acteurs crédibles et des rôles pittoresques, quoique très envahissants, comme il se doit dans la vie sociale coréenne en général.

Jacques Bolo

courrier Merci de signaler à l'auteur toute erreur que vous trouveriez sur cette page

courrier Recommander cette page à un ami
Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Publicités Amazon
Bolo, Nathalie Heinich et le militantisme woke
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts