EXERGUE
Depuis 2005
Culture - Octobre 2023

Suspicious Partner (série coréenne, 2017)

Résumé

Début fracassant pour la rencontre entre un procureur rigide et celle qui allait devenir son assistante. Surenchère quand elle est elle-même accusée de meurtre et qu'il décide de la défendre. Un drama sentimental combiné à une série policière avec des personnages atypiques.

Suspicious Partner, Titre Original : 수상한 파트너 (Susanghan Pateuneo, Partenaire suspect), Scénario : KWON Ki-young, Réalisateur : PARK Sun-ho, Production : The Story Works, Avec : NOH Ji-wook, EUN Bong-hee, JI Chang-wook, OH Han-kyul, NAM Ji-hyeon, CHOI Myung-bac, CHOI Tae-joon, KWON Bin, KWON Nara, RYU Han-bi, LEE Deok-hwa, NAM Ki-ae, JO Seung-yeon, JANG Hyuk-jin, YOON Bok-Park, HWANG Chan-sung, KIM Ye-won, HEO Joon-seok, SHIM Eun-woo

Un début fracassant de la série pour la rencontre dans le métro entre un procureur rigide et celle qui allait devenir son assistante. La stagiaire est une jeune femme spontanée qui transgresse les codes coréens en permanence. Le registre policier, sentimental et comique de la série accentue encore plus le mélange des genres habituel des fictions coréennes.

Une surenchère dramatique exceptionnelle a lieu quand l'héroïne est elle-même accusée de meurtre et que le procureur décide quand même de la défendre, malgré ses doutes et contrairement à sa doctrine répressive. Ce drama sentimental est combiné à une série policière avec des personnages relativement atypiques dont on découvre progressivement les liens. L'intrigue est quand même tirée par les cheveux avec beaucoup trop de coïncidences.

Au fond, le rôle du personnage du procureur correspond davantage ici à rétablir un peu de rationalité dans l'enquête ou les relations entre les personnages. Assez généralement, d'ailleurs, dans les enquêtes judiciaires coréennes, les manipulations, fabrication de preuves et corruption généralisée donnent l'image d'une institution juridique factice qui parodie le droit (en singeant les séries américaines). On se demande vraiment si l'institution police-justice coréenne fonctionne de façon si caricaturale.

La relation sentimentale entre les deux personnages principaux met logiquement du temps à se concrétiser et reste toujours chaotique, compte tenu des rebondissements extrêmement dramatiques. On imagine que la pudibonderie coréenne y trouve son compte, d'autant que l'héroïne est bien plus délurée que d'habitude. Mais la vraie raison de ce retard à l'allumage est plutôt l'existence de nombreuses longueurs, avec des ralentis qui se veulent sans doute romantiques, agrémentés d'une bande originale musicale envahissante. La boursouflure se manifeste en particulier par un final complètement inutile : un épisode entier tient lieu d'épilogue romantique sans doute pour compenser la quasi absence de romance pendant presque toute la série, qui reste essentiellement une série policière. L'épisode aurait pu ne durer que quelques minutes dans l'avant-dernier épisode ou tout simplement ne pas exister.

Cette réserve mise à part, la série est agréable du fait de personnages et de rebondissements souvent inattendus dans à peu près chaque péripétie. Pour obtenir un résultat de qualité supérieure, un allégement aurait vraiment été nécessaire, encore plus important que pour la série que je venais de voir, It's Okay to Not Be Okay (2020). La durée globale de la série (20 épisodes d'une heure) aurait facilement pu être divisée par deux. C'est un défaut fréquent de profiter du principe des séries pour délayer ou de rajouter des épisodes à l'infini.

Jacques Bolo

courrier Merci de signaler à l'auteur toute erreur que vous trouveriez sur cette page

courrier Recommander cette page à un ami
Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Publicités Amazon
Bolo, Nathalie Heinich et le militantisme woke
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts