EXERGUE
Depuis 2005
Culture - Août 2023

Witch at court (série coréenne, 2017)

Résumé

Série judiciaire coréenne montrant une procureuse teigneuse sur fond d'ancienne affaire de violences policières de l'époque de la dictature.

Titre original : 마녀의 법정 (Manyeoui beopjeong), Réalisation, KIM Young-kyun, Scénario : JUNG Do-yoon, KBS Drama Production, 2017, Avec : JEON Ik-Ryeong, LEE Il-Hwa, Choi Ri, JEON Bae-soo, KIM Jae-hwa, CHAE Dong-hyeon, KIM Min-seo, KIM Yeo-jin, JUNG Ryeowon, YOON Hyun-min, JUN Kwang-ryul, HEO Sung-tae, KIM Kwon, JO Woo-Ri , JEON Mi-seon, JEONG Jaekwang

Bonne surprise pour cette série coréenne sur Netflix. Heureusement, pas d'histoire de « sorcière au palais de justice », mais plutôt une jeune procureuse arriviste et teigneuse, MA Yi-deum.

Une vieille affaire qui court le long des épisodes commence vingt ans plus tôt par un cas de violence policière impunie de l'époque de la dictature en Corée du Sud. La mère de MA Yi-deum faisait partie des victimes, mais sa fille l'ignore. L'officier de police responsable est maintenant candidat à la mairie.

Après un cas de harcèlement d'une collègue où le comportement de MA Yi-deum est ambigu, la procureuse est mutée dans une équipe qui enquête sur les crimes contre les femmes et enfants. Ce qui ne lui plaît pas trop. Et l'histoire commence vraiment.

Le principal intérêt de la série est le personnage rafraîchissant de la procureuse. Il tranche avec le côté confucéen pontifiant des mœurs coréennes ritualisées, toujours un peu trop présents dans ce genre de contexte juridique. Ses collègues sont par contraste plus banalement conformistes et honnêtes.

Une réserve sera l'abus de coïncidences qui lie le passé des personnages, MA Yi-deum et son jeune collègue YEO Jin-Wook (outre sa cheffe qui enquêtait sur le flic à l'origine). On se dit que certains codes narratifs rappellent sans doute les dramas sentimentaux, ce que la série n'est intelligemment pourtant pas. La corruption systématiquement présente dans les mœurs politiciennes et policières pourrait être un peu moins appuyée dans les séries coréennes. Même Chabrol paraît plus subtil (non, je déconne).

Petit à petit, la série converge vers un affrontement avec le maire, après des affaires sans aucun rapport. Là aussi, les péripéties sont habilement traitées pour ne pas donner le beau rôle aux différents héros. Le scénario me paraît être une réussite presque totale (je suis toujours un peu réservé sur les flashbacks, heureusement moins nombreux que dans « Misaeng » par exemple). Le personnage habilement insupportable de MA Yi-deum y est sans doute pour beaucoup.

Jacques Bolo

courrier Merci de signaler à l'auteur toute erreur que vous trouveriez sur cette page

courrier Recommander cette page à un ami
Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Publicités Amazon
Bolo, Nathalie Heinich et le militantisme woke
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts