EXERGUE
Depuis 2005
Culture - Août 2023

Through the Darkness (série coréenne, 2022)

Résumé

Les difficiles débuts des profilers de la police scientifique en Corée du Sud.

Titre original 악의 마음을 읽는 자들 (Ag-ui Maeum-eul Ilgneun Jadeul - Those Who Read the Minds of Evil) - Autre titre : Those Who Read Hearts of Evil, d'après : KWON Il-yong & KO Na-mu, Scénario : SEOL Yi-na, Réalisation : PARK Bo-ram, Production : Studio S, Avec : KIM Nam-gil, JIN Seon-kyu, KIM So-jin, RYEOUN, Lee Dae-yeon, KIM Won-hae, JUNG Soon-won, GONG Sung-ha, KIM Hye-ok, GO Geon-han, SEO Dong-gap, HONG Woo-jin, OH Seung-hoon, OH Hee-joon, HAN Joon-woo, KIM Jung-hee, NA Cheol, JUNG Man-sik, HWANG Jung-min, OH Kyung-ju, HA Do-kwon, LEE Chun-moo.

Cette série coréenne, inspirée paraît-il de l'histoire réelle, raconte les débuts laborieux, dans les années 1990-2000, de l'étude psychologique du comportement criminel par la police scientifique coréenne, sur le modèle des profilers américains. C'est sans doute une bonne excuse pour présenter des conflits prévisibles, quoique très appuyés dans ce cas, dus au scepticisme ou à la résistance des collègues et de la hiérarchie. C'est un procédé dont abusent un peu trop les séries policières mondiales en général. Dans cette série, les maladresses en paraissent plus réalistes, même si elles peuvent relever d'un aspect trop didactique selon les principes confucéens locaux. Ou est-ce dû à la difficulté de faire paraître nouveau quelque chose qu'on connaît déjà comme les profilers.

Cette volonté de sonder la psychologie tourne aussi un peu trop, comme on pouvait s'y attendre, à la question de s'identifier à la psychologie du criminel, de façon très marquée pour un des deux enquêteurs. On a déjà vu ça dans de nombreux films et on peut se demander toujours si ça relève d'un rendu réaliste ou si c'est un artifice un peu trop théâtral. Mais cette impression peut être aussi provoquée par l'aspect exotique des pratiques relationnelles et institutionnelles coréennes qui peuvent paraître caricaturales ou paradoxales à un regard occidental. D'autant que les échanges ne peuvent décidément pas se retenir de leçons de morale conclusives pour chaque affaire (on pense au classique coréen, La Servante, 1960). On peut admettre que cette libération émotionnelle du personnage principal lui permet aussi un retour à la réalité. Les maladresses générales donnent finalement une impression plus documentaire.

Jacques Bolo

courrier Merci de signaler à l'auteur toute erreur que vous trouveriez sur cette page

courrier Recommander cette page à un ami
Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Publicités Amazon
Bolo, Nathalie Heinich et le militantisme woke
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts