EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Médias - Février 2013

Communisme bien ordonné commence par soi-même !

Résumé

Les aides à la presse pointées par la Cour des comptes. Certains journalistes envisagent une aide salariale institutionnalisée. Si c'est ça le nouveau modèle économique des médias !

Le rapport de la Cour des comptes, publié en février 2013, dans sa partie « Le plan d'aide à la presse écrite 2009-2011 : une occasion de réforme manquée », vient de souligner l'inefficacité et l'énormité des subventions diverses. Entre les aides directes, les aides à la diffusion et au portage (ou l'exonération de charges sociales de Presstalis pour sauver la boîte en 2012), le taux super-réduit de TVA à 2,1 %, le fonds de modernisation, les avantages fiscaux des journalistes, les aides conjoncturelles, celles au développement des services de presse en ligne, on arrive à plus de cinq milliards d'euros sur trois ans ! Pour les gens de la presse écrite, ce n'est vraiment pas la peine de faire de l'optimisation fiscale au Luxembourg, de s'expatrier en Belgique ou de demander la nationalité russe. Tout se passe à domicile. Dans ces conditions, c'est vraiment mal placé de leur part d'avoir fait leur beurre en vouant Depardieu à la vindicte populiste.

Tous les grands journaux en ont profité. Si l'aide est fondée partiellement sur la diffusion, on comprend brusquement pourquoi les abonnements de certains hebdomadaires sont si peu chers. Le tableau suivant des aides directes aux titres de presse pendant la période 2009-2011 a été classé selon le score par exemplaire. Mais le montant annuel en euros par titre est aussi impressionnant :

Titre de presse Montant des aides directes par exemplaire diffusé Montant annuel des aides directes
Humanité (l') 0,48 6 761 434
Croix (la) 0,32 9 988 388
Télérama 0,29 9 411 822
Nouvel observateur (le) 0,29 7 800 161
Libération 0,27 9 908 617
Pèlerin 0,24 2 849 399
Express (l') 0,23 6 232 242
Challenges 0,22 2 384 145
Point (le) 0,20 4 501 245
Monde (le) 0,19 18 465 277
Figaro (le) 0,17 17 217 154
Elle 0,16 3 413 233
Aujourd'hui en France 0,15 9 331 562
Echos (les) 0,15 4 513 559
Paris match 0,14 5 151 418
Télécable satellite hebdo 0,10 3 390 880
Télé 7 jours 0,10 7 279 547
Nouvelle république du centre ouest (la) 0,09 5 645 242
Télé loisirs 0,08 4 390 415
Télé star 0,07 4 451 357
Dépêche du midi (la) 0,07 5 014 820
Nice-matin 0,07 2 727 086
Dernières nouvelles d'Alsace (les) 0,07 4 035 733
Télé poche 0,07 1 881 812
Ouest France 0,06 15 784 440
Sud ouest 0,06 6 260 812
Voix du nord (la) 0,06 5 445 430
Provence (la) 0,06 2 783 573
Femme actuelle 0,06 2 749 581
Est républicain (l') 0,05 2 999 986
Courrier de l'ouest 0,05 1 853 381
Dauphine libéré (le) 0,05 4 464 330
Télégramme 0,05 3 555 598
Progrès (le) 0,05 3 868 585
Montagne (la) 0,05 3 216 097
Télé Z 0,04 3 669 232
Midi libre 0,04 2 247 553
Parisien (le) 0,04 3 681 247
Petit quotidien (le) 0,03 800 067
Mon quotidien 0,03 139 538
Source : Cour des comptes 2013

Jacques Rosselin, co-fondateur de Courrier international et ancien directeur de La Tribune, dans un article du Huffington post, propose de donner directement ces aides aux journalistes eux-mêmes ! Il prétend ainsi apporter une solution à la destruction du modèle économique de la presse papier. Depuis Internet, le financement par la pub ne paye plus. Rosselin se revendique de la défense du contre-pouvoir démocratique. Sur les relations entre les quatre pouvoirs, il devrait relire La République des camarades (1914) pour ne pas se faire trop d'illusions non plus sur la presse.

Un autre journaliste (gonzo) J-C Feraud twitte « Be the media : 1,2 milliard d'euros d'aides à la presse ? C'est 3 300 euros brut/mois pour 20 000 journalistes », ce qui n'est pas très sympa pour les 80 000 employés du secteur en tout (ça ferait plutôt 1 700 euros en moyenne). Comme je le lui ai dit sur Twitter, on peut donc considérer que les journalistes ont donc reçu 3 300 euros de trop ces dernières années. Il me conseille de bûcher un peu mieux la question des aides à la presse et de ne pas faire de populisme. Je suis donc allé voir. Mais je note le corporatisme de cette noble profession, même chez les gonzos !

Je considère quand même que sans cette manne démocratique, des restrictions auraient eu lieu - et que mon calcul est juste. C'est bien l'État qui maintient les salaires à un niveau élevé. On comprend mieux que la presse ne parle plus trop des subventions à l'agriculture de la PAC européenne. Comme les agriculteurs, et avec les mêmes disparités, la presse française est sous perfusion. À ce compte, autant considérer les agriculteurs et les journalistes comme des fonctionnaires. Mais il est difficile de parler de contre-pouvoir quand on connaît le fameux droit de réserve de la fonction publique. Certains s'entraînent déjà.

La vérité est qu'il se dessine un nouveau modèle économique. Ce n'est pas celui que souhaite Jacques Rosselin, où les journalistes deviennent des « marques » (depuis qu'ils tiennent un blog), des sortes de travailleurs indépendants qui vendent leur notoriété comme super pigistes, pour lequel il propose une subvention publique au nom de leur rôle démocratique (comme les agriculteurs, pour leur « entretien du paysage ». MDR !). Mais on peut lui rétorquer que la légitimité actuelle des journalistes dépend exclusivement des supports qui les payent. Sinon, ils ne seraient que des blogueurs, pour lesquels ces subventions ne sont pas envisagées (j'ai créé Exergue en 2005, et je n'ai pas vu la couleur de subventions et des 3 300 euros par mois).

Le modèle économique est qu'on maintient un statut acquis, comme dans les autres secteurs en difficultés, au détriment des nouveaux entrants sur le marché ou des charrettes de licenciés. Ça ne suffit pourtant pas et les caisses sont vides et s'épuisent d'autant plus rapidement au rythme de ces subventions. On comprend que les journalistes serrent les fesses en attendant que d'autres coulent avant eux. Ils pourront le déplorer, solidarité professionnelle oblige, en espérant récupérer les lecteurs.

Mais je crains qu'on n'en soit déjà plus là. Ça va mal finir. À la grecque.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami
Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
 Vient de paraître 
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts