EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Écologie / Humour / Société - Janvier 2012

Besson contre Joly contre Besson

Résumé

La mauvaise blague de Patrick Besson à propos d'Éva Joly n'est pas forcément raciste. Elle montre quand même, à travers la question des accents, que la diversité est toujours mal acceptée en France.

Nouveau psychodrame à propos d'un billet de Patrick Besson, dans L'Express, se moquant de l'accent norvégien d'Eva Joly, la candidate écologiste à la présidentielle 2012. Elle lui a reproché son racisme.

J'ai déjà évoqué, à propos de l'affaire des caricatures de Mahomet, la question de l'ambiguïté de l'humour. Comme le dit Patrick Timsit, il y a 25 % de racistes en France, il ne peut pas se permettre de se priver de 25 % de son public ! Mais Eva Joly ne peut pas non plus se permettre d'être juge et partie, à supposer que l'humour soit sous sa compétence juridictionnelle ou de celle des écologistes en général, ce qui m'étonnerait.

Il faut aussi être indulgent avec les racistes, qui sont des cons, donc forcément pas très intelligents (il faut être simple, j'explique, au cas où l'un d'entre eux me lirait). Quand on parle d'humour raciste, on fait référence à l'interprétation méchante d'une blague qui joue sur ce genre d'ambiguïté. Dans ce cas, on parle de « rire de rejet » au lieu de « rire d'accueil ». À propos de ces deux options, Popeck dit quelque chose comme : « Je veux bien qu'on plaisante mais pas qu'on se moque » (si ma mémoire est bonne).

Il existe de l'humour gentil, et de l'humour méchant. Quand il vise des minorités étrangères, souvent, l'humour méchant, est pris au premier degré par les racistes. On peut plus facilement le prendre pour un rire d'accueil quand il est gentil et pour un rire de rejet quand il est méchant. Mais ce n'est pas nécessairement l'intention de l'auteur (excepté pour les questions précédentes de marketing oecuménique).

Parfois, quand la qualité n'est pas au rendez-vous, on peut penser que c'est une « méchante » blague, ce qui signifie « mauvaise », soit dit pour les étrangers et pour les incultes. (Il vaut mieux prévoir : comme dit encore Timsit : « Y'a de plus en plus de cons chaque année. Mais cette année, j'ai l'impression que les cons de l'année prochaine sont déjà là. »).

La Blague de Besson était lourdingue, et sa transcription, simulant l'accent nordico-germanique, surtout beaucoup trop longue. Je ne crois pas que Besson soit raciste. On doit plutôt envisager l'hypothèse que sa blague était simplement mauvaise. Ce qui est aussi une double déception : il n'y a pas que sur Internet qu'on publie n'importe quoi.

Eva Joly en a profité pour faire un clip sur la diversité des accents en France et des accents de France. C'est la bonne réponse. L'autre était inutile.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts