EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Brèves

Politique - Novembre 2011

Plus royaliste que Royal

Un article du Monde, « Sur le Web, des partisans de Royal déboussolés par son soutien à Hollande » exprime bien la déception des militants après l'éviction de leur leader des primaires socialistes. C'était prévisible, et la rancoeur d'avoir été battu est la limite du principe des primaires. On peut admettre que la rapidité de Ségolène Royal à rallier son concurrent a surpris. Mais comme je le disais dans un commentaire du même article :

« Évidemment, chacun a le droit de ne soutenir qu'une personne. Mais le principe des primaires consistait à choisir un candidat commun. Cela signifiait qu'on soutiendrait le vainqueur au final. Sinon, cela veut dire que les primaires divisent et que les électeurs de gauche manquent de maturité. Car de toute façon, ils vont bien gouverner ensemble, et sans doute avec d'autres encore. Ce n'est donc pas la peine de faire son cinéma. C'est ça la politique. Ce n'est pas que de l'affectif. »

On voit quand même que le principe politique se fonde encore sur l'élimination de l'adversaire au lieu de la sélection du meilleur représentant de l'intérêt général, y compris dans le même camp. Mais les partisans déçus peuvent aussi se consoler : le ralliement rapide de Royal possède une valeur de critique contre le faible soutien qu'elle a elle-même reçu de la part des socialistes en 2007.

Jacques Bolo

Politique / Société - Novembre 2011

Le Copé facile en une leçon

En commentant le succès de la primaire socialiste pour désigner le candidat à la présidentielle 2012, Jean-François Copé, président de l'UMP, « s'est laissé aller à la facilité ».

Mais ce n'est pas en disant : « Ça fait moins de monde qu'à la braderie de Lille », à propos de la participation (qui a pourtant dépassé les prévisions). C'est en disant : « Mineurs et étrangers compris ».

Jacques Bolo

Religion / Société / Internet - Novembre 2011

Qui est juif ?

Mini scandale à propos d'une application pour l'Iphone : « Juif ou pas Juif ? », qui consiste à essayer de deviner quelles sont les personnalités d'origine juive. Un article du 27 octobre 2011, « Je voulais apporter un sentiment de fierté à ma communauté », sur le blog d'Yves Eudes sur Le Monde, révèle que c'est un jeune informaticien juif très pratiquant qui a proposé cette « appli ».

Cet article ramène les choses à une juste proportion, contre une paranoïa absurde, en nous rappelant que c'est plutôt le fait de devoir cacher qu'on est juif qui est le signe de l'antisémitisme (sans parler de l'idée de complot qui découle de cette double-contrainte de discrétion forcée).

Certes, c'est aussi un peu naïf de se prévaloir des grands noms, qui en l'occurrence peuvent être athées, ou peu communautaires, voire toujours excommuniés par le rabbinat comme Spinoza. Toutes les communautés ont leurs grands hommes, mais c'est particulièrement vrai que les juifs n'ont pas à rougir de leur contribution à l'histoire, pour ceux qui en douteraient.

Ce chauvinisme me paraît inévitable. Je serai plutôt partisan d'une saine émulation entre les communautés, y compris celle des universalistes, athées et métis associés. Faire semblant de le nier relève de la fausse modestie qui est d'ailleurs une manière condescendante d'humilier les autres en leur interdisant d'entrer dans la compétition.

Sans parler de ceux qui se complaisent dans une médiocrité qui pourrait être considérée comme la norme du républicanisme qui ne veut pas voir dépasser une tête.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Accueil Ball © 2005- Exergue - Paris Ball Légal Ball Ball Partenaires Ball Contacts