EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Écologie - Août 2009

Le piège de la taxe carbone

Encore un joli coup de billard à trois bandes pour le gouvernement Sarkozy. Michel Rocard a prêté son concours à la commission chargée de fixer la taxe carbone. Ce qui a pour effet de le discréditer encore plus auprès d'une partie de la gauche radicale tout en atténuant la responsabilité du pouvoir coté droit. Les écologistes sont satisfaits, mais ils en veulent encore plus. Tandis qu'une partie de ceux qui avaient voté pour eux s'en détournera du fait de cette nouvelle taxe. Les écologistes menaçaient de réussir à bâtir une troisième force qui aurait pu constituer un pivot entre le Modem et l'extrême gauche. Ce qui n'était pas possible pour le Parti socialiste.

Associer les écologistes à la nouvelle taxe est très habile. D'autant qu'ils trouvent déjà qu'elle n'est pas assez élevée ! Mais elle doit progressivement augmenter de 32 à 100 euros la tonne jusqu'en 2030. Le but est de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 24 %. Mais en l'occurrence, cela risque surtout de ponctionner le pouvoir d'achat (de 160 à 300 euros) en pleine crise et de « casser la reprise ». Ce qui aurait donc des conséquences sur l'emploi. Mais, en attendant, cette taxe devrait plutôt remplir les caisses de l'Etat, vidées par les allégements fiscaux. Ou pas, puisqu'il est question de compensation aux ménages... qui en doutent un peu. Ce qui risque de produire une autre usine à gaz fiscale.

Évidemment, pour que cette mesure soit neutre économiquement dans la concurrence internationale, il faudra la faire accepter par la communauté internationale, au moins par les partenaires européens. Ce qui est loin d'être gagné. Il est possible que les autres gouvernements imitent la manoeuvre politique, mais ils n'ont pas forcément les mêmes intérêts ou les mêmes contraintes. Et les écolos étrangers ne sont pas forcément aussi intransigeants que les écolos français.

Les écologistes sont également coincés puisque cette taxe avantage le nucléaire, qui a l'intérêt de ne pas produire de gaz à effet de serre. Qu'à cela ne tienne, nos écolos proposent donc de taxer aussi l'électricité. Décidément, les prochaines élections s'annoncent bien pour le gouvernement. Le principal défaut des écologistes (et des gauchistes) et de se livrer à la surenchère permanente au lieu d'affermir leurs positions en profitant de la sympathie dont ils bénéficient actuellement dans l'opinion. L'inconvénient de cette habitude est donc de favoriser les dissensions internes en donnant une prime aux discours les plus fanatiques au lieu d'être jugés sur ses résultats. Contrairement à ce qu'on pourrait croire naïvement, en interne, le modèle écologiste n'est pas la décroissance. C'est la prime au « toujours plus ».

Or la taxe carbone existe déjà, c'est la TIPP qui taxe l'empreinte carbone de toute activité correspondant à l'usage des carburants fossiles. Il faudrait donc à en affecter le produit aux coûts réels que le transport, par exemple, fait supporter à la collectivité : construction et emprise des routes, charge des accidents pour la sécurité sociale, etc. Toute cette affaire de taxe carbone supplémentaire montre bien les limites de la fiscalité. On discute ici d'une taxe sans s'occuper de ce à quoi elle va servir. En démocratie, un impôt est un moyen de financement de biens collectifs. Ce qui permet d'en limiter le montant à un coût social réel. Sinon, c'est simplement le moyen d'augmenter les prélèvements pour payer autre chose et distribuer des subventions à des clientèles. Et ça, c'est précisément la politique.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts