EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Société / Cinéma - Décembre 2008

Zabou et la théorie du complot antisémite

L'actrice Zabou voit-elle des antisémites partout [1] ? C'est un peu ce que je m'étais dit, il y a quelques années, quand je l'avais entendu dire qu'il y avait de l'antisémitisme dans le cinéma. De l'antisémitisme dans le cinéma ? Ce n'est pas pour me livrer à une « comptabilité malsaine », comme on dit, mais s'il y a de l'antisémitisme dans le cinéma, c'est que les juifs sont masos (déjà qu'aller installer Israël au Moyen-orient n'était déjà pas très malin) ! Parce que des juifs, il y en a plein dans le cinéma. Quand on aime les juifs, on aime le cinéma (et réciproquement) ! Je suis moi-même un converti. Shalom !

Bon, c'est sûr, il doit bien y avoir des antisémites, comme partout, ou bien peut-être un peu plus, si certains trouvent justement qu'il y a trop de juifs dans le cinéma. Car c'est un des principes de l'antisémitisme de refuser la visibilité sociale résultant d'une trop forte concentration dans certains métiers. Or, précisément, j'ai appris récemment que les célèbres firmes américaines, comme la Metro Golwyn-Mayer, étaient issues du fait que le cinéma, à ses débuts, était une activité de saltimbanque méprisée des élites WASP (White Anglo Saxon Protestant) américaines. Comme dans d'autres domaines, par le passé, les juifs étaient confinés aux tâches secondaires ou infamantes. C'est le succès postérieur de ces professions qui explique, comme toujours, la tentative d'en évincer ceux qui s'y trouvaient (car il faut bien le constater, le chrétien est cupide, sournois et cruel).

J'avais entendu Zabou parler d'antisémitisme au cinéma, au moment où elle a repris son nom complet, quand elle est devenue réalisatrice du joli petit film, Se souvenir des belles choses (2001). Je me suis dit alors qu'il était dommage qu'il n'y ait pas davantage de racisme au cinéma, on verrait un peu plus de « minorités visibles ». [Je suis un peu taquin.]

J'ai compris le fin mot de l'histoire le mois dernier. Elle raconte, dans Le Monde (23 octobre 2008) ce « qu'elle mettra des années à définir comme une manifestation d'antisémitisme ordinaire. Au début des années 1980, actrice jeune, jolie et écervelée, elle prend des photos sur un tournage et les vend sans autorisation. Le producteur du film est fou furieux. « Il m'a passé un savon terrible, m'accusant d'avoir voulu gagner de l'argent indûment, et a conclu par ces mots que je n'oublierai jamais : 'Cela ne m'étonne pas. C'est quoi, votre vrai nom, déjà ?' ». »

C'était bien une manifestation d'« antisémitisme ordinaire ». Et c'était bien dans le cinéma, même si Zabou a tendance à généraliser. Mais c'était le bon temps. L'antisémite était alors « ordinaire ». Aujourd'hui, puisqu'elle s'était quand même rendue coupable d'indélicatesse (juvénile), elle aurait pu subir un « antisémitisme subtil » et être poursuivie en justice (ou grillée dans la profession). D'ailleurs, puisqu'on en parle, si une minorité visible s'était rendue coupable d'une telle incivilité (tout aussi juvénile), un « raciste subtil » aurait bien engagé des poursuites. Le parlement aurait même sans doute fait une nouvelle loi.

Elle a quand même bien fait de ne pas trop s'afficher comme juive. Dans le cinéma, le vrai risque n'est pas vraiment des réflexions désagréables. Comme on peut lire dans l'article du Monde : « Zabou Breitman n'a 'eu de cesse' de récupérer son nom. Cela a pris des années : les producteurs ne voulaient plus lâcher Zabou, et le personnage de gentille fofolle qui allait avec. » Le vrai risque au cinéma est, la deuxième partie de la citation, celui de devenir un cliché, un « emploi ». Si elle avait été considérée comme juive, au lieu d'être considérée comme fofolle, elle aurait été confinée aux rôles ethniques et communautaires. Elle aurait pu être employée comme « juive de service » [2].

Jacques Bolo

Bibliographie

Neal GABLER, Le royaume de leurs rêves : La saga des Juifs qui ont fondé Hollywood


courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. Après avoir joué dans l'impérissable Elle voit des nains partout, de Jean-Claude Sussfeld (1981). [Retour]

2. Même si on aime quand même beaucoup Marthe Villalonga dans cet emploi. Wikipédia précisera qu'elle est : « souvent engagée pour jouer la mère juive, alors que, dit-elle, 'Je ne suis ni mère, ni juive !' »[Retour]


Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Ball Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts