EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Écologie / Économie - Avril 2008

Pour un retour à Malthus

Population

Il y déjà deux ans, j'avais envisagé sérieusement la nécessité d'un néomalthusianisme, pour résoudre les questions écologiques générales (« Malthusianisme écologique ou démographique ? »). J'écrivais alors : « Si l'on considère les progrès techniques enregistrés depuis 1800, on peut admettre que la situation actuelle serait très enviable pour une personne vivant à la fin du XVIIIe siècle. Car une raison essentielle des problèmes écologiques est bien le passage de la population mondiale d'un milliard à six milliards d'habitants entre les années 1800 et 2000. Concrètement, si la population mondiale était toujours d'un milliard ou deux, les problèmes qui se posent actuellement ne seraient pas si importants (ou ils seraient même bel et bien inexistants). Il n'y a donc peut-être pas d'autre vrai problème que démographique, puisque tous peuvent être rapportés aux conséquences globales de l'impact moyen par habitant. »

Je maintiens évidemment cette position qui n'est guère envisagée, sauf dans le cas de la Chine, essentiellement parce que le gouvernement chinois lui-même l'a pris à bras le corps (alors que la même question se pose à la même échelle à l'Inde, et pour chaque pays émergeant à son niveau). Or, pour faire face à la crise ou au chômage, la seule solution admise aujourd'hui ne concerne que la croissance (voir « Quelle décroissance ? » et « Pour une décroissance compétitive »).

La solution malthusienne que j'évoque envisage bien la croissance économique, mais seulement par habitant, ce qui est objectivement le seul critère intéressant. Vouloir « augmenter la population pour augmenter la population » ou « pour la croissance » est évidemment une absurdité. C'est pourtant ce qui est envisagé quand on considère que l'augmentation de la population est gage d'augmentation du marché intérieur ou extérieur. Il ne faut pas oublier que la population française a augmenté de 50% depuis la Deuxième Guerre mondiale. Cela explique donc pour cette proportion la croissance pendant la période idéalisée des trente glorieuses, qui ne se trouve donc pas si glorieuse, d'autant qu'elle correspond surtout à la reconstruction.

On envisage que l'augmentation de la population mondiale pourrait se poursuivre, de plus de six milliards aujourd'hui à plus de neuf milliards au milieu du siècle. Cette croissance est concevable dans les pays les plus pauvres s'ils se développent. Mais j'ai également montré (voir toujours « Malthusianisme écologique ou démographique ? ») que cette croissance démographique était justement responsable de la forte dégradation de la croissance économique dans les pays peu développés. Sans cela, elle aurait été de 50 à 75% plus forte, pour les exemples du Mali, Maroc, et Kenya. Qu'en serait-il donc si la croissance démographique mondiale se poursuivait pour atteindre treize milliards et demi d'habitants (+50%) à la fin du XXIe siècle !

L'Essai sur le principe des populations (1798-1803) de Malthus soulignait l'importance de la démographie en la liant aux subsistances dans un espace donné. Il a sous-estimé la capacité du progrès technique, puisque la population mondiale a été multipliée par six. Il est bien possible de considérer qu'il en sera de même à l'avenir. Mais envisage-t-on vraiment de multiplier encore la population par six (54 milliards), même sur deux cents ans ?

Ressources

On n'avait pas retenu de Malthus non plus la possibilité d'un épuisement global des ressources, puisqu'il envisageait tout simplement l'émigration (et la colonisation) en cas d'épuisement local. Mais il suffisait de généraliser son idée pour obtenir la situation que nous connaissons concernant les limites écologiques de la planète. Mais bizarrement, Malthus ne revient pourtant pas à la mode. L'écologie insiste seulement sur les tendances relativement longues, comme le réchauffement climatique, la désertification ou l'épuisement des terres arables.

Mais il existe également des risques à court terme. J'avais été un peu trop optimiste dans mon précédent article, puisque j'écrivais à propos des alternatives technologiques : « Les partisans des OGM ont plus de mal [à convaincre] du fait de l'absence d'urgence alimentaire »(contrairement aux partisans du nucléaire qui prônent son retour). Entre temps, après la crise du pétrole et des matières premières minérales, une crise frappe les matières premières agricoles elles-mêmes, dont le cours s'est envolé.

Début janvier 2008, Le Monde signalait que « les prix du lait ont augmenté de 37% par rapport au 1er janvier 2007 » et que « la France manque de vaches pour augmenter sa production ». La cause en est la hausse de la demande mondiale des pays d'Asie et du Moyen-Orient, les nouveaux modes de consommation de ces pays, et la baisse des stocks. Alors que les années précédentes avaient été préoccupées par l'élimination des montagnes de beurre et la reconversion ou le gel de terres dans l'Union européenne, le déficit de production devrait être de 2% pour le lait en 2008. Il en est de même pour de nombreuses productions, maïs, soja, riz. La Chine, précisément, n'est plus autosuffisante sur le plan alimentaire.

Pénurie alimentaire

Ironiquement, une cause de la pénurie alimentaire est due à la reconversion des agriculteurs dans les agrocarburants, initialement pour des raisons écologiques. Les subventions à cette filière ont encouragé de nombreux agriculteurs à s'orienter vers ce débouché et à abandonner l'alimentation humaine. La pénurie elle-même faisant monter les cours, la spéculation, cause traditionnelle de disettes, peut même accentuer cette situation. Même Chavez, dirigeant du Vénézuela, avait mentionné cet effet dans sa croisade qui l'oppose aux États-Unis. Et certains ont cru bon de le lui reprocher en semblant se moquer des conséquences.

Une crise alimentaire, c'est du sérieux. Un syndicaliste agricole signale que personne ne voulant payer pour les stocks, ils avaient diminué pour n'assurer que deux mois de réserve. Or il est bien évident que les ressources alimentaires doivent assurer la soudure d'une année (ou d'une saison) sur l'autre. La mode du zéro stock est déjà ric-rac dans l'industrie (en faisant supporter les contraintes aux sous-traitants), dans l'alimentaire, cela correspond, en cas de crise, au fait de devoir se serrer réellement la ceinture. On a perdu l'habitude des restrictions. Et même les écologistes, avec leur idéologie anti-gaspillage, ont oublié un principe élémentaire : pour en avoir assez, il faut en avoir trop. C'est particulièrement vrai dans l'alimentaire.

Si on ne veut pas constituer des stocks stratégiques sous la responsabilité des états, il faut que ces derniers s'assurent néanmoins que les réserves sont disponibles. Sinon, la population pourrait bien s'ajuster aux ressources de façon on ne peut plus malthusienne : par la famine. Paradoxalement, d'ailleurs, les pays développés pourraient se révéler beaucoup plus sensibles que les pays pauvres dans une telle situation. Car les pays les moins développés ne dépendent pas entièrement du commerce (national et international). Ce sont bien les pays les plus développés qui n'ont absolument aucune agriculture vivrière (la France n'est pas en état de pénurie elle-même, mais ce n'est pas le cas de tous les pays voisins).

À moyen terme, la situation générale n'est pas inquiétante, puisque de nombreuses terres peuvent être remises en culture, et que la productivité peut augmenter, par simple généralisation des techniques existantes dans les pays moins avancés (cette transformation est en cours). Mais il serait risqué de maintenir une pression qui obligerait de courir derrière une augmentation toujours exponentielle de la population. La meilleure garantie est encore une limitation de la demande par une limitation du nombre d'êtres humains. L'amélioration de leur niveau de vie s'ensuivrait et la pression écologique sur la planète pourrait supporter ce rattrapage. La seule contrainte est alors d'assumer la décroissance comme modèle économique (voir « Pour une décroissance compétitive »). Il faut pour cela passer d'un modèle de développement économique mesuré par État à un modèle de développement humain individuel.

Jacques Bolo

Bibliographie

Carol DRINKWATER, Pendant la famine, en Irlande : Journal de Phyllis McCormack 1845-1847

Christian Troubé, Les nouvelles famines : Des catastrophes pas si naturelles

Sylvie BRUNEL, Famines et Politique

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005-   Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts