EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Économie / Écologie - Mars 2008

Pour une décroissance compétitive

Le mot « récession » est lâché

Après une annonce de ralentissement économique en janvier, et des contorsions pour ne pas prononcer le mot « récession », voilà que la crise, et même le krach, sont annoncés. Les États-Unis envisagent un plan de relance de 145 milliards de dollars. L'objectif avoué est d'enrayer la baisse de l'activité, provoquant le chômage, et finalement le krach, puisque les marchés amplifient toujours le mouvement anticipant une récession.

Un facteur déclenchant a même été envisagé dans la fameuse affaire Kerviel, ce trader qui a fait perdre cinq milliards d'euros à la Société générale (voir « Banque d'affaire Kerviel »). Car évidemment, même si quelqu'un d'autre a gagné ce que ce trader a perdu, un tel trou d'air désorganise le marché, en obligeant la banque en question à se recapitaliser, en amputant ses bénéfices, et en voyant chuter le cours d'un acteur important. Le plus grave étant la perte de la fameuse confiance, puisqu'un tel événement montre que tous les intervenants peuvent être compromis dans de telles opérations.

Évidemment, c'est une réaction à courte vue, puisque s'il y a une récession, voire un krach, il y aura de toute façon une reprise un peu plus tard. Les investisseurs pourraient tout aussi bien anticiper un peu plus loin la reprise au lieu de s'arrêter à la récession. Mais le marché fonctionne à court terme, surtout ces dernières décennies, parce qu'« à long terme, nous sommes tous morts », comme disait Keynes, qui savait s'amuser.

À vrai dire, nous sommes tous morts à long terme de toute façon, mais le problème est plutôt de ne pas mourir à court terme. Parce que ceux qui plongent à la bourse, spécialement pendant un krach, risquent au moins de perdre leur chemise, ce qui équivaut à la mort économique (même si ce qui compte c'est quand même d'avoir la santé). D'où la justification du court-termisme. Car quand on est mort, on est mort. Enfin, pas vraiment si c'est seulement une mort économique et si on a toujours la santé. C'est la limite des analogies. On peut toujours rebondir. Et même faire de bonnes affaires au passage si on n'est pas celui qui y a laissé sa chemise, d'où le fait qu'on préfère se mettre à l'abri... d'où le krach si tout le monde veut faire pareil.

Crise de croissance

C'est le problème avec les économistes. Comme ils ne savent pas expliquer, ils finissent toujours par nous raconter de belles histoires, parfois très drôles, qui plaisent beaucoup aux hommes politiques, qui vont les raconter à tout le monde. Mais finalement, il faut constater que cela n'aide pas à comprendre. Le meilleur exemple de cette situation est le film d'Al Ashby, Bienvenue Mister Chance, ou un jardinier un peu ahuri finit par influencer les puissants avec ses aphorismes horticoles.

Le problème fondamental de ces dernières années est que la belle histoire dominante était la théorie de la croissance. Les temps anciens étaient plus incertains. Sans doute le relatif optimisme actuel est-il dû à la fin de la précarité médicale qui marquait les siècles précédents. La santé c'est important. Depuis le XIXe siècle, la science et la technologie garantissaient le progrès des connaissances et de leurs applications. Les systèmes de protection sociale garantissaient une sécurité financière, plus ou moins parfaitement selon les pays. On avait fini par considérer comme normal cette sécurité.

Restait donc la croissance pour résoudre tous les problèmes résiduels. Il y moins d'un an, justement, Nicolas Sarkozy a été élu en promettant la croissance, qu'il irait chercher au besoin avec les dents (qu'il a longues, c'était donc du tout cuit). En plus, le même pensait qu'il avait la baraka. Et boum, guère plus de six mois plus tard, la hausse du pétrole et des matières premières, la crise, le krach même. Dans le passé, quand ça allait moins bien que prévu, on disait que « c'était dû à l'héritage ». Et ce gouvernement nous fait d'ailleurs le coup de la faute aux 35 heures. Mais là, on ne pense même pas que c'est de la faute au gouvernement. On invoque bien mollement la faute aux cadeaux fiscaux qui privent de marges de manoeuvre. Mais, sans vraiment de conviction. Non, finalement, c'est plutôt la scoumoune. Et on ne se réjouit même pas des ennuis de Sarkozy, parce qu'on est tous dans la merde jusqu'au cou (et il n'y a que Carla Bruni qui dépasse).

Jouer la baisse

L'erreur des économistes, des politiques qui les écoutent, et des citoyens qui les croient, est précisément dans cette idée de croissance. On ironise sur ces imbéciles d'écologistes avec leur décroissance. C'est une grave erreur de théorie économique de ne pas envisager la décroissance. Elle est particulièrement stupide de la part des intervenants à la bourse qui ont pourtant l'habitude de jouer à la hausse autant qu'à la baisse.

L'idée fondamentale est de ne pas considérer la décroissance comme une lubie d'écolos, mais comme une situation économique normale, prise en charge par la théorie économique normale. Il faut arrêter avec le cinéma altermondialiste selon lequel « un autre monde est possible » (voir « Un autre monde n'est pas possible »). Il n'y a qu'un seul monde. Mais il faut évidemment prendre tout en compte, la croissance comme la décroissance.

De toute façon, il va bien falloir prendre en compte l'épuisement de certaines ressources. Pour le pétrole, ce qui risque de se tarir est l'existence de gisements aisément accessibles. Il va donc bien falloir intégrer le renchérissement, donc la baisse du pouvoir d'achat, qui va se répercuter sur les autres secteurs. J'ai aussi déjà envisagé (voir « Quelle décroissance ? ») la baisse de la population dans les pays développés, et sans doute celle dans les pays émergents du fait de l'augmentation de niveau de vie local.

Il existe également des « relais de croissance ». Mais ça a toujours été le cas. La croissance dans un certain secteur a compensé la décroissance dans une autre. L'exode rural a vu la croissance des villes au détriment des campagnes. Et au final, ce qu'on appelle la croissance n'est que le solde entre les croissances et les décroissances. L'idée que ce solde doive toujours être positif est une vue de l'esprit. La seule croissance stricte est celle des connaissances et de leurs applications techniques. Il n'est pas dit qu'il doive en résulter une croissance de l'activité. Au contraire, puisque précisément un des buts de la croissance technologique est de faire baisser les coûts de production, donc le travail nécessaire, donc les revenus du travail, donc la consommation. Le problème est de découpler l'économie de la croissance.

On peut faire confiance aux économistes contemporains, dont les compétences mathématiques ont été poussées à leur comble, pour savoir généraliser leurs modèles à la décroissance. À la base, ce ne doit pas être si difficile pour un mathématicien de prendre en compte les nombres négatifs, ou même, encore plus banalement, d'éliminer le préjugé méthodologiquement inutile de devoir obtenir seulement une fonction croissante. Comme la plupart des grandes découvertes, il suffit parfois de donner simplement une bonne orientation pour produire le résultat attendu.

Fin du chacun pour soi ?

La situation économique actuelle est radicalement nouvelle. Pour un individu, une entreprise, un État, le but est plutôt que le solde soit positif, pour lui. Et donc, de se tirer d'affaire quand les autres plongent. Mais, précisément, la mondialisation et la conscience écologique signifient concrètement qu'on a pris conscience que le monde est fini et interdépendant. Le multilatéralisme signifie également que les états commencent à traiter d'égal à égal. L'économie devient réellement globale. La théorie économique ancienne était simplement une forme un peu compliquée de micro-économie. La véritable macroéconomie n'est pas l'économie nationale, mais l'écologie globale.

La signification économique des super-salaires des patrons correspond simplement au fait que certains essaient de mieux se protéger (voir « Retraites : Réforme ou banqueroute » & « Augmentez les patrons ! »). Ce qui n'est pas vraiment une nouveauté. Ces super-salaires choquent beaucoup ceux qui essaient pourtant, à leurs différents niveaux, de faire de même. Car les différences mondiales sont évidemment aussi fortes que les différences locales. De plus, ces énormes montants ne constituaient pas vraiment une consommation, mais un capital, une réserve, qui était investie dans les pays riches, et profitait indirectement à ceux qui en ramassaient les miettes. C'est d'ailleurs cela aussi la signification de la tentative d'attirer ces super-riches par des exonérations fiscales. C'est beaucoup plus clair.

Moitié par accumulation des jalousies, moitié par formalisme (les primes en cas de mauvaise performance discréditent l'argument du mérite), la question s'est posée de plus en plus de la limitation de ces situations jugées anormales. Chiffre à l'appui, on remarque un déséquilibre grandissant au profit du capital (dividendes versés aux actionnaires) au détriment du travail (des salaires). Apparemment, on ne semble pas faire le lien avec le versement des retraites par les fonds de pension, ni avec le fait que les dividendes et les retraites sont aussi des revenus qui aboutissent à la consommation, donc à l'emploi. Bref, la globalisation économique totale risque d'entraîner quelques désillusions si le résultat consiste à vouloir déshabiller Pierre pour habiller Paul. La globalisation aboutit à la l'identité économie-écologie.

L'interdépendance globale, en cas de crise, doit plutôt s'envisager sur le modèle (l'analogie) du canot de sauvetage. Quand les ressources sont limitées dans un espace limité, il va falloir envisager quelque chose comme le rationnement. On peut évidemment, comme jusqu'à présent, espérer le retour de la croissance, mais que se passe-t-il en cas de récession globale ? Dans ce genre de situation, si les passagers de première classe entendent conserver leurs privilèges (une plus grande part des vivres), ils risquent plutôt de passer eux-mêmes à la casserole si les secours tardent à venir.

Consommer moins et mieux

Il semblerait néanmoins que ce qui est demandé aux patrons est une augmentation des salaires dans les pays développés plutôt que de ceux des pays à bas salaires où sont délocalisées ces mêmes grandes entreprises. Les altermondialistes s'inquiètent pourtant beaucoup des conditions de travail en Chine. Mais il semble qu'il faille seulement relancer la consommation dans les pays riches ! Les personnes qui considèrent qu'il faut que les Américains se limitent, qu'ils abandonnent leurs 4x4, ou à la rigueur les Allemands leurs Mercedes, semblent considérer que le Clios et les Puntos sont généralisables à toute la planète. Il est admis que ce n'est pas le cas dans les conditions actuelles, et il en est de même dans de nombreux domaines (eau, pêche, matières premières, etc.).

Le but n'est pas de travailler plus, pour gagner plus, pour consommer plus. On ne consomme pas pour faire plaisir aux commerçants, pour faire marcher l'économie, et pour faire plaisir au gouvernement. La relance de la consommation est fondamentalement une erreur (une crise des subprimes généralisée). Il n'est plus nécessaire de démontrer que le but n'est pas de consommer plus. Aujourd'hui, la conscience écologique est suffisante. Le seul problème est une adaptation de la pensée économique à cette réalité.

Une piste préférable est celle des économies d'énergies (envisagée dans le Grenelle de l'environnement). Mais la conséquence est bien une diminution de la consommation. Il est absurde de prétendre se lancer dans ces nouveaux secteurs si le but est de trouver de nouveaux marchés, accroître les bénéfices, et au final pouvoir consommer plus. C'est effectivement possible, au moins à moyen terme, pour le pays qui se serait lancé le plus efficacement dans ce secteur. Mais ce n'est pas le cas de la France pour le moment.

En tout état de cause, un premier effet des économies d'énergie est bien une diminution de la consommation, de pétrole surtout, avec une conséquence immédiate sur ce secteur. Il s'agit d'ailleurs banalement d'une augmentation de la productivité causant une économie de matériaux, d'énergie et d'emplois. Comme je l'ai déjà signalé (« Malthusianisme écologique ou démographique ? »), si cette économie est compensée par une consommation supérieure dans d'autres domaines, elle s'annule. Il faut donc admettre une réduction du pouvoir d'achat correspondante. Dans un premier temps, elle peut correspondre à une capitalisation (augmentation des cotisations retraites, destinées à l'investissement et non à la consommation) pour financer ces économies d'énergie.

Le but n'est pas une baisse du confort, fondée sur des restrictions, comme le proposent en général les écologistes. Cette éventualité ne concerne que les cas de pénurie. Le but est de déclencher un cercle vertueux de décroissance. Une amélioration de la productivité permet de travailler moins. Une consommation plus raisonnable permet d'abord de mieux répartir les richesses. Ce qui peut avoir pour effet de supprimer la course à la consommation ostentatoire. Si le but est de chercher à consommer mieux au lieu de consommer plus, les énergies mêmes de ceux dont le métier était de pousser à la consommation peuvent se réorienter vers cette réduction elle-même. Même Nicolas Sarkozy pourrait alors militer pour le « Travailler moins, pour consommer moins », car nous pouvons lui reconnaître le mérite réel de savoir s'adapter.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts