EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Politique / Medias - Septembre 2007

C'est la faute des médias :

Chine-Birmanie : L'illusion des droits de l'homme

Stratégie biaisée

Les associations de défense de droits de l'homme ont à nouveau dénoncé la collusion du moteur de recherche Yahoo avec le gouvernement chinois. Yahoo ayant dû lui transmettre les données permettant l'identification d'un opposant, Wang Xioning et d'autres cyberdissidents, qui ont été condamnés en 2003 et 2005. Une enquête parlementaire américaine a été ouverte en août sur les déclarations de Yahoo à ce propos.

L'entreprise internet américaine s'est défendue en déclarant qu'elle devait obéir aux lois des pays où elle opérait. On ne voit pas très bien comment il pourrait en être autrement d'ailleurs. Ni les États-Unis, ni la France, ni aucun pays réputé démocratique n'envisageraient autre chose sur son territoire. Faut-il donc en déduire que la Chine doit obéir aux lois européennes ou américaines ? Connaissant la susceptibilité chinoise quant aux velléités colonialistes occidentales, on peut douter que ce soit la bonne méthode pour les convaincre de modifier leur comportement. Il en serait d'ailleurs de même en Occident.

Comme la question concerne les droits de l'homme, le problème n'est donc pas l'attitude de Yahoo. Si on n'est pas d'accord avec l'attitude du gouvernement chinois, ou la situation en Chine en général, il faut évidemment viser la Chine, pas les entreprises qui respectent les lois chinoises. Faut-il attaquer en justice toutes les entreprises étrangères qui ne respectent pas à l'étranger les lois politiques, économiques, sociales, écologiques, etc., qui ont cours dans leur pays d'origine ? On peut considérer qu'elles ne devaient pas y aller. Peut-être cela fait-il partie de la stratégie (dite de containment) contre la mondialisation. Mais en quoi cela améliorera-t-il les droits de l'homme en Chine, ou ailleurs, de ne pas y aller ?

Si on parle de la définition d'une législation internationale, ou tout simplement du respect des institutions déjà en place (voir Déclaration universelle des droits de l'homme), peut-être faudrait-il que les Occidentaux donnent l'exemple. Les États-Unis avec Guantanamo, la France pour ses propres prisons, par exemple, sont régulièrement condamnés par les instances internationales, mondiales ou européennes, ou mises en cause par les associations. La mise en place de bonnes pratiques internationales et l'acceptation des contrôles seraient la meilleure garantie pour tous les individus partout dans le monde.

Malentendus

Mais surtout, le véritable problème est l'illusion d'une sorte de présupposé de la réalité déjà achevée des droits de l'homme. En fait, on semble raisonner « comme si » les arrestations d'opposants chinois n'avaient pas dû avoir lieu. Et pourtant, c'est bien ce qui s'est produit. Il y a donc une anomalie quelque part. C'est ce que j'appellerai le principe Tiananmen.

Pour une grande part, ce qui s'est passé alors est une sorte de quiproquo ! Les jeunes chinois modernistes ont voulu faire une manif comme à la télé. On a également pu le constater : ils ne savaient d'ailleurs pas trop quoi faire au bout d'un moment. En 1989, le contexte était à la fin ou à la démocratisation du communisme. Mais ça n'a pas été le cas en Chine. Le pouvoir s'est inquiété. L'ironie, d'où le quiproquo, a voulu que l'époque soit pourtant à la modernisation en Chine même. Deng Xiaoping a peut-être craint une nouvelle révolution culturelle, qui lui avait laissé de mauvais souvenirs. Sur le simple plan pratique, la police n'étant pas préparée, on a fait venir l'armée, ce qui a aggravé le problème. Les luttes de pouvoir au sein du Parti communiste chinois ont fait le reste : les conservateurs se sont servis du désordre pour déclencher la répression. Rien que de très classique (partout dans le monde).

Quand on fait de la politique, on doit faire une analyse politique de la situation. Mais sans doute les manifestants n'en faisaient pas ou n'étaient-il pas conscient d'en faire. Dans ce cas, ils auraient dû simplement soutenir les réformes du gouvernement au lieu de sembler s'y opposer. S'opposer à quoi d'ailleurs ? Finalement, les réformes ont eu lieu. Et la forme autoritaire qu'elles ont prise, et qu'elles continuent de prendre, résulte pour une grande part de l'inquiétude déclenchée par la manifestation de la place Tiananmen.

Si on avait mauvais esprit, on pourrait même penser que cela arrangeait même les Occidentaux de retarder le développement qui s'est produit par la suite, voire même la démocratisation qui favorise toujours la créativité et l'indépendance. Finalement, une chine autoritaire qui sert d'usine à l'Occident peut être regardée plus favorablement. Ne serait-ce que pour que l'Occident se revendique plus démocratique par comparaison. C'est tout bénéfice [1]. Et les Chinois les plus modernes sont muselés. A l'époque coloniale européenne, en Algérie en particulier, ce sont bien les plus avancés qui étaient persécutés. Les traditionalistes étaient souvent avantagés, car ils maintenaient le communautarisme (qui n'était pas condamné alors). L'attitude actuelle du gouvernement chinois risque de devoir se limiter à autogérer la répression. Et les Chinois les plus compétents peuvent même émigrer aux États-Unis. Triple jackpot !

Et maintenant, la Birmanie !

Quand le drame birman a commencé, fort du « principe Tiananmen », je n'ai pas partagé l'enthousiasme des commentateurs. Le fait que les moines bouddhistes soient à la pointe du mouvement ne me paraissait pas non plus une garantie (à part une sorte de garantie de non-violence, à la rigueur). Je ne pense pas, comme les Américains, que la religion soit un élément positif en politique. Ils se sont trompés sur ce point au Moyen-orient, en Afghanistan en particulier. L'analogie avec la Pologne à l'époque de Jean Paul II ne me paraissait pas le bon modèle. Je penchais plutôt pour Tiananmen.

Tout dépendait donc de la junte birmane au pouvoir. Elle n'était pourtant pas réellement en voie d'ouverture et de démocratisation. L'optimisme des médias me parut fortement influencé par leur attitude acquise au cours des trop envahissants commentaires sportifs : « on va ga-gner ! On va ga-gner ! » ou de leur minimisation imbécile des catastrophes qui se passent en direct. Ah, c'est plus facile de prévoir les résultats après coup, en léger différé ! À force de ne plus faire d'analyse politique sérieuse, on prend de mauvaises habitudes.

Le fait de vouloir annoncer les résultats des matches ou des élections avant de les avoir n'a finalement pas trop d'importance. Seule la crédibilité du journaliste est en cause. Et il en subit rarement les conséquences. Mais une tentative de révolution, c'est autre chose. Bref, ça a foiré. Les militaires n'ont pas été gagnés par l'enthousiasme médiatique. Ils ont eu tort, d'ailleurs, il y avait un coup à faire. La dictature est vraiment un mauvais plan. On risque toujours de prendre un mauvais coup (de part et d'autre). C'est la démocratie qui assure l'impunité.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. Au moins, sur le principe du Dictionnaire des idées reçues, on sait quoi dire : « Chine ? = Parler des droits de l'homme ! » [Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
AccueilBall© 2005- Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts