EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Politique / Société 18.12.2006

Le nouveau statut des femmes dans la campagne présidentielle de 2007

Ségolène Royal

L'amélioration du statut de la femme dans la campagne présidentielle de 2007 est une vraie bonne nouvelle. Je ne vois pas comment on pourrait lire autrement la victoire de Ségolène Royal contre DSK et Fabius. Les grincheux ou grincheuses ont seulement relevé les quelques écarts ou résidus sexistes pour confirmer leur pessimisme. C'est bien là le signe imbécile de la pensée négative : on prétend que les choses ne s'améliorent pas, et on en relève tous les signes en ne retenant rien d'autre.

  • Par exemple, la plaisanterie « Mais qui gardera les enfants » est simplement absurde du fait que Ségolène fait déjà de la politique depuis très longtemps (et que ses enfants sont grands). En outre, sa spécialité est précisément la conciliation non seulement pratique, mais aussi idéologique du statut professionnel et des contraintes de la maternité. Certaines féministes le lui ont assez reproché. D'ailleurs, même si la question se posait, elle l'aurait réglé depuis longtemps. Il ne faudrait pas trop faire semblant de partager les difficultés du peuple quand on fait partie de l'élite. Les baby-sitters ne sont pas faites pour les corniauds. On imagine que Simone de Beauvoir ne lavait pas les chaussettes de Sartre, non qu'il le fasse lui-même (sauf peut-être en camping). Ce devait être la bonne (ou les groupies). Le problème de la plaisanterie en question n'était donc pas le sexisme, mais l'absence de pertinence. En politique surtout, c'est toujours la pertinence qui est en question, pas les symboles (contrairement à ce que pense la candidate elle-même). Sa présence n'est pas un symbole, elle est un fait.

Les grincheuses surtout et quelques grincheux au carré ont alors trouvé un nouveau truc. Il ne faudrait pas voter pour elle parce que c'est une femme pour ne pas dire que c'est pour cette seule raison [1]. Avec éventuellement la pseudo-justification qu'elle n'aurait pas de programme politique sérieux. Ah bon, l'égalité des femmes en politique n'est pas un programme politique sérieux ? Si c'était la seule raison, cela en serait déjà une bonne au contraire. Je pourrais aussi ironiser sur le sérieux des programmes de ses concurrents, DSK ou Fabius, au PS, ou Sarkozy, Bayrou, et pourquoi pas Le Pen, Voynet, Besancenot ou Laguiller peut-être ? Et les programmes de ses prédécesseurs (Chirac, Mitterrand), étaient-il si sérieux que ça, rétrospectivement ? Ce qui n'est pas très sérieux c'est de dire que n'est pas sérieux ce avec quoi on est pas d'accord [les logiciens apprécieront pendant 2000 ans au moins]. Comme le fait de prétendre simultanément qu'elle est trop autoritaire et qu'elle manquerait d'autorité sur ses troupes une fois élue (parce que c'est une femme ?).

Bref, moi je suis plutôt content qu'elle soit là. Et je serais aussi content qu'elle soit élue sur le plan de l'égalité des sexes. Sur le plan du programme, j'ai ni plus ni moins de réserves a priori que sur celui des autres candidats.

  • Par exemple, j'approuve un de ses thèmes majeurs d'une démocratie participative, sous réserve des modalités de mise en pratique (voir Accountability). En ce qui concerne une de ses déclarations controversées, l'encadrement militaire des délinquants, même si je n'y crois pas trop ou que cela ne corresponde qu'à ce qui existe déjà, comme on l'a dit, je serai indulgent, quoique plutôt antimilitariste. Il existe pour cela une raison politique sérieuse. D'abord parce qu'il ne s'agit pas de militariser la jeunesse, mais d'admettre qu'un encadrement strict peut s'avérer nécessaire dans certains cas extrêmes. Certains cas le sont. Ensuite et surtout parce que tant dans ses intentions que dans ses déclarations, j'ai tendance à la croire plus que d'autres quand elle affirme vouloir agir dans l'intérêt de l'enfant. C'est d'ailleurs ce que je crois être déjà le cas de la part des praticiens sur le terrain comme les juges ou les éducateurs que certains jugent laxistes. Ceux qui contestent ce laxisme se placent précisément du point de vue de l'ordre public, plutôt que celui des jeunes. Alors l'armée, pourquoi pas, les militaires ne me paraissent pas forcément plus mal intentionnés que les juges. Ils ont aussi des enfants, difficiles parfois, comme l'était Ségolène.

Nicolas Sarkozy et Madame

On peut toujours penser que Sarkozy en fait trop ou qu'il joue un jeu dangereux. On doit lui accorder qu'il affiche un couple moderne. Le fait qu'il l'affiche un peu trop est peut-être critiquable, mais comme il a été difficile d'y échapper, admettons qu'on a bien changé d'époque sur ce plan. Les péripéties du couple Nicolas-Cécilia ont défrayé la chronique. Une histoire d'amour très originale. La séduction de la femme de Jacques Martin dont il avait célébré lui-même le mariage comme maire de Neuilly. Une séparation après des aventures (semble-t-il), puis une réconciliation. Tout cela est quand même très sympathique (si tout était arrangé depuis le début, il est très fort). Même le couple non marié de Ségolène Royal et François Hollande en paraît un peu ringard. Nous n'allons donc pas bouder notre plaisir. La France a repris la tête sur ce point. Ce n'est pas les coucheries pitoyables des Américains qui vont nous impressionner. Bon, Clinton a fait un effort. Mais les conséquences juridiques de la mauvaise foi de ses adversaires ont montré qu'ils avaient encore du chemin à faire. La France est le vrai pays de la liberté.

Bayrou ?

Sous prétexte de ne pas se soumettre au coté people de la force, Bayrou est celui qui apparaît comme le plus traditionnel sur le plan personnel. Il devrait au moins renforcer un peu ce thème. On en est réduit à la situation d'Yvonne De Gaulle, ou de Marchais avec son « Liliane, fais les valises ». Espérons que s'il est élu nous hériterons au moins de l'influence d'une Claude Pompidou.

Pas éligibles

Comme je ne m'intéresse pas aux candidats non éligibles (voir Vote inutile), en vertu du principe « Moi, quand je veux me faire plaisir, je m'achète une glace ou je vais au cinéma », je ne mentionnerai que pour mémoire les situations des autres candidates :

Le Pen

On pourrait dire que Le Pen a fait un effort sur le plan de l'égalité des sexes en sortant sa fille toute armée de son chapeau. Mais j'ai un préjugé défavorable envers les fils et les filles à papa en général et dans la politique en particulier. Vous n'en avez pas assez vous, des enfants de stars ? On avait fini par bien aimer Claude Brasseur. Mais vous vous rendez compte de tout ce qui nous déboule : les filles Charlotte Gainsbourg, Chiara Mastroianni, Catherine Allegret, Emma de Caunes, Laura Smet, Marilou Berry (fille de Josiane Balasko), les fils Depardieu, le chanteur M (Matthieu Chédid), David Hallyday, Anthony Delon, Alexandre Brasseur (fils et petit-fils). Et ne parlons pas des fils Debré et Bush, ou de Mme Clinton en politique.

Dans la politique, on peut comprendre qu'on n'ait pas le choix quand une dictature impose le fils du précédent comme en Corée du nord, Kim Jong Il (que certains journalistes avaient même appelé Kim Jong 2, à cause de la typographie et de la succession). Mais qu'on puisse voter pour le fils Bush, volontairement (car les élections n'étaient que partiellement truquées). C'est franchement nul. Quelle honte pour les électeurs américains !

Bref, vous comprendrez que la fille Le Pen... Elle a fait des efforts pour sa ligne. C'est bien. Mais non, merci. Cette conception me semble relever de relents monarchistes archaïques, droit du sang de mon sang, en ligne directe depuis Hugues Capet et le reste.

Arlette Laguiller

On s'était habitué à Arlette. On l'aimait bien, presque, en oubliant son dogmatisme. C'était avant qu'elle se déconsidère définitivement en n'appelant pas à voter Chirac en 2002. C'était un référendum anti-Le Pen, et elle s'est abstenue. Pourquoi faire semblant de parler politique avec des débiles pareils? Il n'y a pas que Mme Thatcher qui soit plus conne que son frère, comme le croit le chanteur Renaud, le loubard un peu trop féministe pour être honnête. L'égalité des sexes est totale. Les femmes sont aussi intelligentes ou aussi capables que les hommes. Mais elles sont aussi connes. C'est le côté positif du négatif (et réciproquement).

Dominique Voynet

Chez les écolos, au moins, l'égalité des sexes est acquise. Tous les leaders sont interchangeables. C'était pas l'autre qui avait été élu avant qu'on se décide de revoter parce que l'écart n'était pas assez important ? Au moins, eux, ils ne s'embarrassent pas de truquer les élections comme les altermondialistes (voir Un autre monde n'est pas possible). Ils revotent tant que ceux qui doivent être élus ne le sont pas. Une nouvelle façon de faire de la politique. Biodégradable.

Jacques Bolo

courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. C'est sans doute pour cela que les patrons n'embauchent pas les Noirs. Pour ne pas qu'on sache qu'ils sont antiracistes et qu'ils ne veulent pas laisser penser qu'ils favorisent leurs principes égalitaristes républicains. [Retour]


Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Autres livres sur le féminisme
AccueilBall© 2005- Ball Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts