EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Références / Société 15.12.2006

Bienveillance coloniale (suite)

Le livre de Jonathan Littell, Les Bienveillantes, qui a obtenu le Grand prix du roman de l'Académie française le 26.10.2006 et le prix Goncourt le 6.11.2006, donne la parole à un des bourreaux de la Shoah. Certains ont contesté sa rigueur historique sur de nombreux détails, malgré un bel effort documentaire. Le héros a aussi été considéré comme improbable. Ne s'agissant pas d'un personnage réel, il est un peu vain de se demander ce qu'un tel personnage aurait vraiment fait dans de telles circonstances. Le fait que l'auteur le rende presque sympathique pour favoriser une identification devrait plutôt inciter à se demander ce que chacun de nous aurait fait dans une telle situation... et ce qu'il dirait de cette expérience aujourd'hui.

La réponse à cette question existe pour la colonisation (et d'une façon plus générale pour tous les vainqueurs de toute l'histoire). Il ne s'agit plus de fiction. Ce qu'auraient dit les derniers participants de la colonisation ou les descendants des colons, correspond à ce qui se dit réellement, hic et nunc, dans l'histoire du présent. On a pu en lire et on peut en entendre fréquemment ces derniers temps de nombreux exemples : « Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l'histoire et aux sacrifices des combattants de l'armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit. » (loi du 23 février 2005, Article 4, abrogé depuis).  ; "Il ne faut pas se livrer à la concurrence victimaire" ; "Arrêtez de vous poser en victimes" ; "Il faut en finir avec la repentance", etc.

Remarquons au passage les ravages de l'ethnocentrisme. Que ne dit-on pas des discours des nationalistes japonais, criminels de guerre, ou de leurs partisans (voir Amnistia.net). Ce qui est inquiétant dans l'accueil du public du livre de Littell, Les Bienveillantes, c'est de ne pas se rendre compte, mutatis mutandis, à quel moment ce type de discours des bourreaux ou des négationnistes est aussi le nôtre. Le rôle des fictions dans la compréhension de l'histoire est bien factice (à moins que ce ne soit celui de l'usage symbolique de la Shoah – voir Racisme, Antisémitisme, Stéréotypes).

Ce n'était cependant pas forcément les mêmes qui acclamaient le maréchal Pétain puis le général De Gaulle à quelques mois d'intervalles en 1944, contrairement à la thèse du film Le Chagrin et la pitié, à l'origine de la mode mémorielle. La solution n'était pas dans ce discours de culpabilisation universelle propre à la tradition chrétienne. C'est seulement cette universalisation expéditive (biais philosophique) qui correspond à un abus de repentance. Les juifs en sont d'ailleurs revenus en distinguant (tardivement) les justes. On peut à la rigueur pardonner aux coupables. Mais si on nie les crimes de la colonisation, le retour du refoulé n'en sera que plus excessif. Il est peut-être déjà trop tard.

Jacques Bolo

Bibliographie

Jonathan LITTELL, Les Bienveillantes - Prix Goncourt et Prix du roman de l'Académie française 2006


courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :
Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Autres livres sur l'antisémitisme
AccueilBall© 2005- Ball Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts