EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Conneries 8.6.2006

Niveaux de langue, Niveau du débat

6.6.2006 - Émission TV « N'ayons pas peur des mots » sur iTélé avec Samuel Etienne, l'animateur de l'émission, Ghislaine Ottenheimer, Philippe Val, de Charlie hebdo, Jean-Luc Mano...

Sur le problème des banlieues et du niveau scolaire, Ghislaine Ottenheimer, emportée par son élan, déclare que « des études ont montré que des jeunes des banlieues n'ont que 50 mots pour tout vocabulaire ».

Les autres personnes présentes, Samuel Etienne, l'animateur de l'émission, Philippe Val, Jean-Luc Mano, avocat, (et un autre) n'ont pas remarqué le lapsus (il s'agit sans doute plus probablement de 500 mots). Quelqu'un aurait pu souligner que 50 mots, c'est en général le nombre de mots que sont capables d'apprendre les singes. Bien que Ghislaine Ottenheimer ne soit certainement pas raciste, j'ai peur de penser que cette analogie soit la cause de ce lapsus (ou de l'absence de rectification).

On se rappellera aussi les déclarations de Giono qui disait que Dominici, de la fameuse Affaire [un assassinat d'une famille anglaise en Provence en 1952], n'avait un vocabulaire que de « 30 à 35 mots, je les ai compté » [1]. Or ce genre d'observation est généralement considéré à décharge ! On imagine mal que ce soit le procureur qui ajoute l'analphabétisme aux chefs d'accusation. Le fait que ce soit le cas contre les jeunes de nos jours semble montrer que c'est plutôt le niveau des adultes qui baisse.

Mais l'observation de Giono était douteuse elle-aussi en cela qu'il s'agissait plutôt de déficience en langage juridique ou en français standard. Le patois local est une langue qui comporte autant de mots (sinon plus) que le français. Un paysan connaît le nom des choses et des activités de sa région, de son métier, tout autant qu'un spécialiste du droit celui des notions de son domaine. C'est la grande naïveté des intellectuels de croire qu'ils constituent l'alpha et l'oméga de la culture. Précisément, le travail d'un intellectuel devrait être de ne pas dire (trop) de conneries. Celui qui ne fait pas son travail ne vaut pas mieux qu'un chirurgien esthétique qui charcute un patient.

Je ne sais pas si ces connaissances sur les langues, les patois ou les argots des jeunes, appartiennent aux 50 (ou aux 500) notions que devrait connaître une personne instruite, mais je constate que ce n'est pas le cas. Barthes fera de l'affaire Dominici un article d'une de ses Mythologies, où il affirmera que le verdict avait été rendu sur une conception très littéraire de la psychologie plus que sur des faits, aggravée par les écarts linguistiques. Il conclura : « Voler son langage à un homme au nom même du langage, tous les meurtres légaux commencent par là ». J'avais trouvé que Barthes en faisait un peu trop quand j'avais lu ses Mythologies. Les personnes présentes n'ont pas dû le lire. Ce n'est pourtant pas un livre si difficile.

Jacques Bolo

Bibliographie

Roland BARTHES, Mythologies


courrier Recommander cette page à un ami

Autres conneries :

Notes

1. On dirait que Giono, malgré sa grande culture ne sait pas très bien compter entre 30 et 35 ! Il semble que le niveau élevé de l'école républicaine d'alors avait au moins deux failles. [Retour]

Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Autres livres sur le racisme
AccueilBall© 2005- Ball Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts