EXERGUE
Depuis 2005
RSS

Politique 22.9.2005

Feu le communisme

Critique ?

Si j'ai pu dire ici même (voir Feu le socialisme), le mois dernier, que le Parti socialiste devrait changer de nom, le communisme aurait dû le faire depuis longtemps. Ou mieux, il aurait dû se dissoudre ou fusionner avec les autres partis de gauche ou les gauchistes, comme il semble en être question depuis le vote négatif au référendum sur la Constitution européenne du 29 mai 2005. Mais souhaitons que le choix du nom à venir soit plus heureux que celui des sociaux démocrates italiens, L'Olivier. Ils ont malheureusement dû prendre le concepteur du nouveau nom du Crédit lyonnais (renommé LCL).

Aujourd'hui encore, quand on critique les crimes du communisme, une stratégie observable est de se faire traiter de Le Pen. C'est lui faire beaucoup d'honneur. Le stalinisme, voire le léninisme ou le marxisme en général, ont toujours eu des critiques de gauche ou d'extrême gauche, ou de droite évidemment : Gide, Victor Serge, Trotsky lui-même, Koestler, Aron, la revue Socialisme ou barbarie (qui réunissait Edgar Morin, Cornelius Castoriadis, Claude Lefort...), Camus, Merleau Ponty, Soljenitsyne, Arrabal contre Cuba plus récemment, etc., pour les grands noms. En outre, il ne devrait pas être nécessaire de rappeler que le socialisme démocratique ou toute la gauche non communiste se sont précisément constitués sur cette critique ou une indépendance vis-à-vis du communisme ou du Komintern. Le Congrès de Tours de 1920 s'est ainsi concrétisé par la scission entre la SFIO et le Parti communiste. Etrange oubli de sa propre histoire, ou étrange mémoire sélective, pour des personnes qui se revendiquent en général plutôt d'un souci historique qui frise le radotage.

La discipline aveugle qui caractérise le socialisme autoritaire et qui interdit toute critique, se manifeste aussi par une sorte de monopole du droit de critique, à condition d'être encore plus révolutionnaire. Plus généralement, le seul moyen de se démarquer, c'est-à-dire de pouvoir dire autre chose que des platitudes rituelles, consiste à faire de la surenchère, être à la gauche de la gauche de la gauche. Il en résulte évidemment une conséquence curieuse. Forcément, cela revient à considérer en permanence que ses anciens camarades ou ses alliés habituels sont donc de droite [1] ! Au fond, on peut se demander si tout cela n'est pas une sorte de jeu rhétorique, une sorte de grand oral de la grande école du parti, le moyen de devenir un cadre du mouvement. On s'explique mieux alors l'arrivée à la tête du Parti Socialiste, réputé de droite, de François Mitterrand et pourquoi pas prochainement de Laurent Fabius sur ce même principe de savoir parler le marxiste.

Inquisition

Mais la différence entre le lauréat de l'exercice de style et les militants semble reposer quand même un peu sur la croyance aux belles histoires qu'on leur raconte. Finalement, le procédé serait donc bien plus universel qu'on le pense. Il ne faut plus s'étonner [2] que nombre d'Américains, même les mieux informés, aient cru ou aient reproduit les déclarations de George Bush jr sur les armes de destruction massive en Irak. La politique ne semble pas être le domaine du rationnel qu'elle prétend être. Et les conséquences de ce double langage sont toujours dramatiques. Les procès de Moscou, de Prague ou de Budapest, de Tirana ou de Chine se sont en général mal terminés pour les accusés, chargés des crimes les plus invraisemblables jusqu'au risible. En 1949, en Hongrie, Laszlo Rajk, alors Ministre de l'intérieur du gouvernement communiste, ancien de brigades internationales pendant la guerre d'Espagne, a ainsi été accusé d'être un agent nazi, trotskiste, titiste et agent de la CIA, et fut exécuté, après avoir été torturé par ses anciens collègues.

Le fait d'être accusé de n'importe quoi par ses propres camarades peut être considéré comme une conséquence de cette surenchère à la recherche d'une sorte de pureté révolutionnaire permanente. On savait depuis la Révolution française que la révolution dévorait ses enfants. Mais même si ces éliminations réciproques relèvent des conflits de personnes assez banals, quoique poussés à leurs conséquences ultimes, cette comédie singeant le formalisme juridique pose quand même un problème sur la croyance des participants. Notons au passage que, dans le cadre marxiste, cette confiance dans les superstructures juridiques semble aussi relever de cette sorte de double langage, d'un sens de l'humour peut-être !

Mais qu'en était-il du rôle des intellectuels dans les partis frères en France et dans les autres pays non communistes, qui ont accrédité la falsification, à quelques notables exceptions près. Depuis les années trente, les dénégations se sont accumulées avec la mauvaise foi la plus insolente. Comment se fait-il que des jeunes, depuis les années 1960, 70, 80, 90, 2000, pourtant informés, puissent encore entrer au Parti Communiste ? Si c'est pour défendre les travailleurs, il suffisait d'entrer dans les syndicats. Car si c'est pour prendre le pouvoir, il ne faut pas trop rêver non plus. Il reste évidemment quelques petits avantages que procure le clientélisme municipal.

Disneyland

Mais la crédibilité intellectuelle du communisme a aujourd'hui totalement disparu hors d'une sorte de conception abstraite, et pour tout dire romantique et idéaliste, de la révolte ou de la révolution, plutôt propre au gauchisme. Car il n'est même plus question de dictature du prolétariat, de socialisation des moyens de production, etc. Aujourd'hui, il n'existe apparemment pas de théorie alternative, ce qui valide celle de la fin de l'histoire. Au mieux, il ne reste rien d'autre qu'une sorte de syndicalisme révolutionnaire ou de social démocratie (cent ans de perdu) dont les contours en sont de plus en plus flous. Les communistes semblent condamnés à rejouer compulsivement leur folklore en faisant semblant d'y croire, sans l'humour nostalgique du parc de loisir stalinien reconstitué dans l'ancienne Allemagne de l'est. On ne saurait trop recommander à un investisseur de gauche de créer en France (ou en Italie) un parc à thème, concurrent d'Eurodisney, qui pourrait accueillir les nombreux nostalgiques du communisme d'Europe de l'ouest, ou pourquoi pas en Espagne pour l'anarchisme.

Finalement, la seule excuse des communistes contemporains, malgré la faillite de la stratégie politique communiste (léniniste ou marxiste) depuis 80 ou 150 ans, réside dans le précédent de la religion chrétienne, dont les résultats ne sont guère plus brillants après 2000 ans. Les mêmes phénomènes ont d'ailleurs pu y être constatés (dogmatisme, inquisition, hérésies, double langage, dictature...) sans que cela ne semble guère affecter l'obstination des croyants. En cette matière religieuse aussi, les nombreuses tentatives de rénovation, couronnées de succès ou avortées, depuis l'origine jusqu'aux sectes actuelles, nous inciteraient plutôt à jeter le bébé avec l'eau du bain.


Jacques Bolo


courrier Recommander cette page à un ami

Voir aussi :

Notes

1. Le paradoxe consiste précisément dans le fait que ceux qui se croient le plus à gauche sont ceux qui s'allient avec ceux qui sont réputés à droite, alors que ces derniers s'allient donc à gauche, ce qui inverserait les mérites ! [Retour]

2. Contrairement à la vulgate philosophique, il est de bonne méthode de ne pas se glorifier de l'étonnement, qui est toujours le signe d'un manque d'information. [Retour]


Soutenez
la revue Exergue
Tous les articles
Références
Critiques

IA
Méthodologie
Culture
Ecologie
Economie
Education
Ethnologie
Relativisme
Société
Europe
Turquie
Démocratie
Sciences
Histoire
Photos
Urbanisme
Sociologie
Reportages
Linguistique
Philosophie
Internet
Politique
Humour
Racismes
Femmes
Démographie
Conneries
Peurdesmots
Médias
Religion
Social
Sports
Carnet
Autres livres sur la Politique
AccueilBall© 2005- Ball Exergue - ParisBallLégalBall Ball Partenaires Ball Contacts